POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 20 août 2012

Pour la refondation du système éducatif haïtien

Les responsables de 18 universités haïtiennes et canadiennes se sont réunis jeudi soir à Port-au-Prince pour signer le protocole d'entente instituant le Consortium interuniversitaire pour la refondation du système éducatif haïtien (CIRSEH). « Jamais avant autant d'universités se sont mobilisées dans un effort concerté d'appui à la modernisation de l'enseignement en Haïti », s'est exclamé le nouveau ministre de l'Education nationale, Vanneur Pierre. Des universités haïtiennes privées ainsi que l’Université d’Etat d’Haïti ont réussi à s’entendre pour former avec des universités canadiennes un Consortium interuniversitaire pour la refondation du système éducatif haïtien (CIRSEH). Réunis jeudi à l’hôtel Karibe, les différents partenaires de cette initiative ont qualifié d’historique la signature du protocole d’entente qui, selon plus d’un, aidera à corriger des dérives au niveau du système éducatif haïtien à travers toutes ses composantes. « Le protocole d’entente que nous signons aujourd’hui est important puisqu’il symbolise l’engagement de l’Etat haïtien à cet effort résolu en vue de la reconfiguration du secteur de l’éducation en général et du système d’enseignement supérieur en particulier », a déclaré le ministre de l’Education nationale et de la Formation professionnelle, Vanneur Pierre. « Jamais avant autant d’universités se sont mobilisées dans un effort concerté d’appui à la modernisation de l’enseignement en Haïti », a-t-il soutenu au cours de la cérémonie à laquelle ont pris part l'ambassadeur du Canada en Haïti, Henri-Paul Normandin, des cadres du MENFP, entre autres. Selon le ministre, le CIRSEH représente pour le pays une nouvelle et autre façon de faire de la coopération internationale. « Il ne s’agit plus de poser nos problèmes tels la fragilité institutionnelle, la faiblesse de l’Etat, comme des caractéristiques inhérentes et indépassables. Il nous faut, au contraire, nous atteler à les comprendre, pour mieux les connaître, les maîtriser et les surmonter », a indiqué le titulaire du MENFP, qui participait à l’un de ses premiers grands événements, depuis son installation à ce poste il y a quelques jours. Conscient des différents problèmes du système éducatif haïtien, le ministre estime que s’attaquer aux différents problèmes de ce système requiert « un important éventail d’expertises ». La mise en place du CIRSEH, s’est-il félicité, en est une première réponse. Car le Consortium devrait accompagner l’Etat haïtien dans le développement de son système éducatif par la mise en place du Plan opérationnel du ministère de l’Education nationale. « Nous nous sommes résolument engagés dans le renforcement des capacités nationales et dans le développement des compétences locales pour pouvoir faire face aux divers problèmes que nous rencontrons, a lancé le ministre. Il ne fait aucun doute que la réussite de ce pari passe nécessairement par le renouvellement de notre enseignement supérieur. » De leur côté, des recteurs d’universités haïtiennes n’ont pas caché leur satisfaction face à ce consortium dont on attend désormais les retombées positives. « Nous avons réussi à nous entendre pour une bonne cause », s’est réjoui Jean Robert Charles, de l’Université autonome de Port-au-Prince. « C’est la première fois qu’on donne naissance à une entreprise innovante de ce genre où plusieurs universités se mettent ensemble pour réaliser un projet commun qui sera non seulement bénéfique pour Haïti, mais aussi pour nos partenaires canadiens », a ajouté le professeur, soulignant que le CIRSEH sera un lieu de dialogue, où tous les grands dossiers seront traités, toutes les grandes questions sur le système éducatif haïtien posées. Une dizaine d’institutions haïtiennes publiques et privées d’enseignement supérieur font partie du CIRSEH. Du côté canadien, on compte l’Université du Québec et deux de ses constituants, à savoir l’UQAM et l’UQTR, l’Université Laval, l’Université de Moncton, l’Université d’Ottawa, l’Université de Sherbrooke et l’Université de Montréal. Valéry Daudier http://www.lenouvelliste.com/article4.php?newsid=108184

Aucun commentaire: