POUR VOS RECHERCHES

Google

dimanche 21 août 2011

La Présidence a offert 3,5 millions de gourdes à un particulier pour la Notre-Dame, dénonce le maire des Cayes

Mécontent d’avoir été traité en parent pauvre, Yvon Chéry exige une enquête de l’ULCC et des explications du Palais National qui aurait ordonné au ministère de la planification d’émettre un chèque à l’ordre de Marinio Jeune, responsable d’une association culturelle non reconnue qui s’est substituée aux autorités communales dans l’organisation de la fête patronale de la troisième ville du pays, le 15 août
Publié le vendredi 19 août 2011
Le maire des Cayes (sud), Yvon Chéry, a dénoncé vendredi l’implication de la Présidence dans l’attribution d’un chèque de 3,5 millions de gourdes à un particulier qui devait organiser, la semaine dernière, les festivités de la Notre-Dame, patronne de la troisième ville du pays, et le festival musical de Gelée.
Suivant les recommandations de l’administration présidentielle, le ministère de la planification et de la coopération externe avait, en effet, émis ledit chèque à l’ordre de Marinio Jeune, responsable de « Kay Art », une organisation culturelle locale qui ne bénéficierait d’aucune reconnaissance légale.
Dans une interview à Radio Kiskeya, Yvon Chéry accuse Hervé Fourcand, un proche du Président Michel Martelly, d’avoir utilisé un document de la mairie en vue de permettre à M. Jeune de recevoir les 3,5 millions de gourdes au nom des autorités communales.
Dépourvue de ressources financières pour faire face aux exigences de la traditionnelle fête champêtre du 15 août, la mairie était mal lotie contrairement à Marinio Jeune. Simple citoyen de son état, c’est même lui qui a offert à M. Chéry un montant de 250.000 gourdes, a reconnu l’édile des Cayes.
Il soutient avoir choisi de ne pas empêcher la tenue du festival de Gelée par respect pour les nombreux pèlerins et fêtards –estimés à 20.000- qui avaient fait le déplacement.
Le maire annonce une double action de son administration face à cette grave anomalie. Des explications seront réclamées de la Présidence tandis que l’Unité de lutte contre la corruption (ULCC) va être saisie du dossier en vue d’ouvrir une enquête sur l’origine du fameux chèque et les raisons ayant déterminé le choix de son bénéficiaire.
Ce présumé scandale -que plusieurs autres auraient déjà précédé depuis l’arrivée au pouvoir de Michel Martelly- tombe très mal pour le chef de l’Etat en pleine semaine de promotion de la bonne gouvernance. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article7986

Aucun commentaire: