POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 1 décembre 2010

Eventuelle défaite aux présidentielles : INITE souffle le chaud et le froid

Le Sénateur Joseph Lambert, coordonnateur général de la plateforme au pouvoir, revient sur une déclaration qui laissait entrevoir que INITE serait sur le point de concéder la victoire et évoque un "coup d’état électoral raté" contre son parti qui aurait raflé de nombreux sièges au Parlement La plateforme au pouvoir INITE a démenti mardi avoir admis une possible défaite de son candidat à la présidence, Jude Célestin, quelques heures après que le Sénateur Joseph Lambert avait affirmé que le parti officiel pourrait passer à l’opposition ou entrer dans une cohabitation avec le parti vainqueur des présidentielles.
S’exprimant lors d’une conférence de presse, le coordonnateur général de INITE a indiqué que ses dirigeants sont des démocrates qui croient en l’alternance politique et a dénoncé un "coup d’état électoral raté" qui visait sa formation.
"Nous sommes pour l’alternance démocratique. Si on rate les élections au niveau présidentiel, on va à l’opposition ou bien on peut cohabiter avec le groupe qui aurait gagné les élections", a déclaré le Sénateur Lambert qui s’est empressé d’ajouter qu’on en est pas encore là.
Affirmant que la plateforme voulait qu’un Président élu remplace le chef de l’Etat sortant, René Préval, le parlementaire en a profité pour dénoncer une tentative de manipulation de l’opinion publique à travers des "informations farfelues" véhiculées, dit-il, sur les noms des candidats susceptibles d’aller au deuxième tour.
Dans une note de presse, INITE, qui attribue à des agences de presse des "informations et interprétations contraires" aux propos tenus, soutient que les procès-verbaux sont en train d’être collectés en vue de déterminer si son candidat "Jude Célestin avait gagné au premier tour ou s’il allait devoir participer à un second tour".
Toutefois, en réponse à une question lors de sa conférence de presse, le dirigeant politique a révélé que la plateforme présidentielle se préparait à exercer des recours contre les résultats préliminaires des élections dont la publication devrait intervenir à partir du 7 décembre.
Interrogé sur l’extrême discrétion de Jude Célestin, invisible depuis les élections très controversées de dimanche, le coordonnateur général précise qu’il est "chez lui, serein, attendant le verdict des urnes".
Joseph Lambert, pour qui son camp disposerait déjà de trois ou quatre sièges au Sénat et de 23 à la chambre des Députés, appelle les partisans de INITE à garder leur calme et à éviter les provocations.
Parlant d’un scrutin présidentiel et législatif "globalement réussi", il a toutefois déploré des irrégularités ou faiblesses de la machine électorale notamment dans le département de l’ouest.
Le deuxième Sénateur du sud-est a aussi fait état d’un ensemble d’attaques violentes perpétrées au cours de la journée électorale de dimanche contre les représentants de la plateforme présidentielle. Il n’hésite pas à accuser Jean-Robert Bossé, candidat à la députation de l’Alternative dans la circonscription d’Aquin (sud), d’être le commanditaire de l’assassinat de trois militants de INITE qui auraient été tués dans un autobus.
Enfin, M. Lambert n’était pas en mesure de chiffrer le budget de campagne de la plateforme dont la puissante machine de propagande a orchestré un véritable déferlement de spots publicitaires dans les médias et l’affichage surmultiplié de photos dans toutes les villes du pays.
45% des procès-verbaux ont été acheminés au centre de tabulation où le processus de dépouillement du scrutin a commencé depuis lundi, selon les responsables du Conseil électoral qui annoncent déjà des mesures correctives en vue du second tour.
Marquées par des irrégularités en cascade et des interventions violentes de présumés partisans zélés du pouvoir dans divers centres de vote, les élections ont plongé Haïti dans une nouvelle impasse laissant les acteurs politiques divisés sur la suite des événements face à un CEP de plus en plus discrédité. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article7280
Commentaires:
Quand on pense à Monsieur Jude Celestion on a envie de reprendre la réplique du dramaturge Molière "Mais que diable est-il venu faire dans cette galère". Cette phrase ne sert surtout pas à dédouaner le candidat à la présidence de sa participation à cette farce qui a contribuer à faire de nous la risée du monde encore une fois.
Cependant, contre la campagne sans programme de l'actuel président René Préval lors des élections de 2006, la plate forme a présenté un candidat sans programme mais surtout muet et fuyard.
Pendant la durée de la campagne électorale, Jude Celestin a catégoriquement refusé d'être vu en public. Et au niveau de la presse ça a été plutôt une sorte d'Omerta car les journalistes avaient pas mal de chose à lui dire.
En effet cette histoire de démêlé avec le fisc américain qui a permis de révéler le montant de ses investissements dans l'immobilier n'a pas été élucidée. surtout la question autour de l'achat d'une maison qui coûterait plus d'un million de dollars.
Il est clair que quelqu'un d'autre a accepté d'endosser la responsabilité de tout ce qui gravitait autour de cette affaire. Rien d'étonnant ni de trop net s'il s'agit d'un candidat présenté comme le futur président de la République.
Aujourd'hui les nouvelles qui semblent vouloir l'exclure du premier tour remplissent d'une certaine satisfaction tous ceux qui aiment ce pays.
On en avait un peu marre de cette continuité qui a fait ses preuves depuis 1986 avec ce pays aussi délabré dont nous héritons aujourd'hui.

Aucun commentaire: