POUR VOS RECHERCHES

Google

vendredi 10 décembre 2010

EN HAITI , "LA NUIT EST RYTHMEE PAR DES EXPLOSIONS"

LUXEMBOURG - Alors que des émeutes font rage en Haïti, les soignants de la Croix-Rouge luxembourgeoise ont été obligés de se retrancher dans leur appartement.
« Ce matin notre équipe a encore entendu de nouveaux tirs, leur nuit est rythmée au bruit des explosions. Ils ont donc reçu pour consigne de rester retranché dans leur appartement jusqu’à nouvel ordre», explique Christian Huvelle, délégué international de la Croix-Rouge luxembourgeoise, contacté par L’essentiel Online. En effet, à la suite des résultats du premier tour des présidentielles, des émeutes ont éclaté en Haïti, faisant quatre mort et plusieurs blessés pendant que l’épidémie de choléra a déjà fait plus de 2 000 morts.
Un jeune manifestant a été tué par balles au Cap-Haïtien,
la deuxième ville d'Haïti dans le nord, au cours
d'affrontements entre les partisans du candidat à la présidence
Jude Célestin, soutenu par le pouvoir, et ceux du
chanteur populaire Michel Martelly,
écarté du second tour.

Les soignants luxembourgeois sont basés à Gressier, ville de 70 000 habitants située à 20km de Port-Au-Prince, depuis le séisme de janvier. Leur mission : soigner les victimes de l’épidémie de choléra qui ravage le pays. Mais les émeutes, qui font rage depuis trois jours, ont forcé l’État à fermer tous les centres de santé du pays. Celui de Gressier n’a pas échappé à la règle.
Malgré le danger, il n’est pas question de rapatrier les soignants pour le moment. La coordination de sécurité générale de la Croix-Rouge, comme la plupart des ONG, a demandé à toutes ses équipes sur place d’adopté le protocole dit de « la tortue». Selon celui-ci, tous doivent se rester dans un endroit sûr tant que tout n’est pas revenu à la normale. «Même si la situation est très stressante, le médecin et l’infirmier présents sur place restent calmes. Ils ont connu plusieurs guerres et ils gardent contact avec leurs familles qui les soutiennent», rassure Christian Huvelle.
Jusinte Baldin/L'essentiel Online
http://www.lessentiel.lu/fr/news/dossier/newsletter/story/10783832

Aucun commentaire: