POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 29 novembre 2010

Haïti/présidentielle: un favori revient sur son appel à annuler le scrutin

PORT-AU-PRINCE - L'un des favoris à la présidentielle haïtienne Michel Martelly est revenu lundi sur son appel demandant l'annulation du scrutin de dimanche, arguant que la déclaration qu'il avait fait la veille en ce sens avec 11 autres candidats avait permis de limiter les fraudes. Dans une déclaration commune, 12 candidats dont M. Martelly avaient dénoncé dimanche "un complot du gouvernement et du Conseil électoral provisoire (CEP) pour trafiquer les élections au profit du candidat du parti au pouvoir", Jude Célestin, et demandé l'annulation du scrutin.
"C'est probablement cette déclaration d'hier qui fait que les résultats qui arrivent aujourd'hui sont ce qu'ils sont", a-t-il dit au cours d'une conférence de presse, expliquant que les fraudes étaient moins importantes qu'attendu.
"Nous commençons à recevoir des procès verbaux qui montrent clairement tout ce qui se passe. Là où il n'y a pas eu de magouilles c'est le changement qui mène. On s'attend à ce que le changement gagne les élections", a-t-il ajouté, avant de dire sans finir sa phrase: "maintenant que je sais que je mène".
M. Martelly n'a pas précisé quelle était la position des 11 candidats qui avaient lancé un appel à annuler le scrutin avec lui.
Un des autres favoris, Mirlande Manigat, a pour sa part affirmé ne pas faire partie de ce groupe de 12 candidats, reconnaissant toutefois avoir demandé l'annulation, à titre personnel.
"Compte tenu des circonstance dans lesquelles je me trouvais, j'avais demandé l'annulation, mais il y a de nouvelles données, alors je peux revenir sur ma décision", a-t-elle déclaré lundi.
M. Martelly est également revenu sur les fraudes qui ont émaillé, selon lui, le scrutin. "On a vu des bureaux fermer à 10H00 avec des urnes remplies alors que personne n'avait voté. Nos mandataires n'ont pas eu accès à des bureaux. Des gens qui avaient leur carte n'ont pas pu voter", a-t-il précisé.
"Il y a eu des magouilles dans tout le pays", a avancé le candidat.
La population est "prête à se battre pour revendiquer ses droits. Nous sommes prêts à nous battre pour le changement", a-t-il ajouté.
(©AFP / 29 novembre 2010 21h11)
http://www.romandie.com/ats/news/101129201122.tgw0st5s.asp

Aucun commentaire: