POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 29 novembre 2010

Haïti: le chef d'une mission d'observateurs juge les élections valides

PORT-AU-PRINCE - Le chef de la mission d'observateurs conjointe de l'Organisation des Etats américains (OEA) et des pays du Marché commun de la Caraïbe (Caricom), Colin Granderson, a jugé lundi que les élections en Haïti étaient valides, malgré les "irrégularités". Les élections présidentielle et législatives ont été marquées par une série de violences et d'incidents qui ont poussé une majorité de candidats à demander l'annulation du scrutin présidentiel.
"La mission conjointe ne pense pas que ces irrégularités, aussi sérieuses soient-elles, n'invalident les élections", a déclaré Colin Granderson.
"L'élection, à mon avis, se tient, malgré les irrégularités qui doivent être prises très au sérieux et faire l'objet d'une enquête", a déclaré de son côté le secrétaire général adjoint de l'Organisation des Etats américains (OEA), Albert Ramdin.
Le Conseil électoral provisoire haïtien a validé dimanche le scrutin dans la majorité du pays.
"Le jour des élections a été terni par bon nombre d'irrégularités", a néanmoins noté M. Granderson. Il a énuméré "l'ouverture en retard de bureaux de vote, la difficulté des électeurs pour trouver leur bureau de vote, le bon nombre d'électeurs qui n'ont pas trouvé leur nom sur les registres" et le centre téléphonique censé aider les électeurs à trouver leur bureau qui était "saturé".
Il a pointé "l'atmospère toxique créée par les allégations de fraudes" qui ont été émises par nombre de candidats dans les jours précédant le vote. "A chaque fois qu'il y avait une difficulté" dans un bureau, "tout le monde criait 'fraude'", a-t-il poursuivi.
Dimanche, 12 des 18 candidats en lice pour la présidence avaient demandé l'annulation du scrutin en raison des violences et des incidents qui l'ont émaillé, avant que deux d'entre eux, des favoris, ne décident finalement lundi de rester dans la course.
"La décision de demander l'annulation des élections quelques heures après le début du processus était précipitée et regrettable", a affirmé M. Granderson. La mission d'observation qu'il dirige "demande que ces partis fournissent des preuves au conseil électoral" des allégations de fraudes qu'ils ont émises au moment d'appeler à annuler le scrutin.
En ce qui concerne la préparation du scrutin, M. Granderson a pointé "le déficit de crédibilité" du conseil électoral chargé de l'organisation de l'élection, le manque de formation des membres des bureaux de vote, l'indiscipline des membres de bureaux de vote et le manque de communication pour informer les électeurs en amont du scrutin.
(©AFP / 30 novembre 2010 00h01)
http://www.romandie.com/ats/news/101129230121.99f0352m.asp

Aucun commentaire: