POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 17 août 2011

Grandiose clôture pour la neuvaine

Geneviève Beaulieu Veilleux

Le Nouvelliste
(Trois-Rivières) Il y avait foule lundi lors de la bénédiction des malades, ainsi qu'à la fête haïtienne dans le cadre du Festival de l'Assomption. Les fidèles s'étaient déplacés nombreux au sanctuaire Notre-Dame-du-Cap afin de demander grâce à Marie dans leurs épreuves et pour assister aux festivités créoles en cette fête de la Vierge Marie.
La culture haïtienne était à l'honneur lundi
avec la tenue d'une fête à saveur créole.
Photo: François Gervais
«Je suis venu à la neuvaine comme je le fais depuis 22 ans déjà», a lancé Henri-Paul Dumas qui se dirigeait vers la bénédiction des malades lundi après-midi. Comme plusieurs pèlerins rassemblés à la basilique, l'homme natif de Saint-Eustache comptait envoyer ses prières à Marie en vue d'améliorer son état de santé, ainsi que celui de ses proches.

M. Dumas est contraint de se déplacer à l'aide d'une canne à la suite de deux accidents vasculo-cérébraux. Il souffre également de dégénérescence maculaire, une maladie de l'oeil due au vieillissement. Sa fille, Claire Chartier, l'accompagnait pour l'occasion et remplaceait ainsi sa mère décédée quelques années plus tôt.
«Je prie pour lui et je prends le relais de ma mère», a affirmé Mme Chartier.
Roger Lefebvre, de Saint-Barthélemy, était également présent pour la cérémonie en compagnie de sa femme en fauteuil roulant. «Danielle a traversé deux cancers récemment, un au sein et un au foie. C'est désormais une arthrose sévère qui l'accapare», raconte-t-il. Le couple de retraité est venu à la bénédiction avant tout pour demander la grâce de Marie, mais aussi celle du frère André pour traverser ces épreuves ensemble.
Mme Lefebvre explique qu'il a été difficile pour elle d'accepter sa situation, d'autant plus que la dame gagnait sa vie dans le domaine de la couture depuis près de 50 ans. «J'avais un bon cercle de clientes qui venaient faire leurs habits et leurs retouches chez moi. J'ai dû arrêter mon occupation il y a deux ans, car le tonus de mes bras et de mes mains ne me le permettait plus», a-t-elle mentionné.
Dans une basilique bondée, plusieurs visiteurs, dont de nombreux malades, étaient présents hier afin de demander une bénédiction en regard de leur maladie. Le prêtre a rappelé aux fidèles «l'importance de reconnaître les signes de la victoire humaine en dépit des conditions parfois difficiles afin que la vie et la liberté triomphent».
Parmi les pèlerins sur place, on comptait de nombreux membres de la diaspora haïtienne. Un trio de visiteurs était confortablement installé sur l'herbe et jouait aux cartes lors du passage du Nouvelliste.
«On profite du beau temps en attendant la fête haïtienne de 16 h», a précisé Eddy qui s'était déplacé de Laval. Wilna et Vely, de Montréal étaient également impatients d'assister à l'échange culturel dans le cadre des festivités haïtiennes.
«Il y aura de la poésie, des chants et de la danse folklorique», a affirmé Wilna qui a elle-même pratiqué la danse folklorique dans sa jeunesse.
Lui même natif de «la perle des Caraïbes», le coordonnateur de la fête, Joseph Charles, a souligné la grande place de la foi auprès du peuple haïtien. «Le peuple a traversé de nombreux bouleversements et catastrophes au fil des ans et la religion aide à traverser les épreuves. L'identité est ce qui fait qu'un peuple existe et Haïti représente un peuple très fier de son identité religieuse», a indiqué M. Charles.
Le Festival de l'Assomption s'est terminé hier soir avec un immense feu de joie flottant sur le lac.
«Le feu symbolise la Vierge qui est montée très haut au ciel», a précisé le père Yoland Ouellet. L'édition du festival, sous le thème «Fou de croire», a connu un bilan «très positif» selon les organisateurs. Ils ont déclaré que l'achalandage fut considérable aux nombreuses activités, messes et animations musicales proposées.
http://www.cyberpresse.ca/le-nouvelliste/actualites/201108/16/01-4426314-grandiose-cloture-pour-la-neuvaine.php

Aucun commentaire: