POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 25 avril 2012

Haïti- Sécurité : Carrefour plutôt calme, après une journée de forte tension

P-au-P, 24 avril 2012 [AlterPresse] --- Après une journée de tension et de paralysie des différentes activités commerciales, la commune de Carrefour (périphérie sud de la capitale) a apparemment retrouvé son calme, ce mardi 24 avril 2012, observe l’agence d’information en ligne AlterPresse. La circulation routière reprend son cours, le transport en commun est bien assuré, les écolières et écoliers reprennent le chemin de l’école, tandis que les entreprises commerciales ont rouvert leurs portes.
Une présence renforcée de la police nationale d’Haïti (Pnh) est remarquée à Martissant (quartier où le policier Walky Calixte a été tué le mardi 17 avril), toujours sur la route principale menant vers différents départements (Sud-Est, Sud et Sud-Ouest) du pays.
Les autorités supérieures de la justice et de la police appellent les policiers au calme, tout en promettant des suites judiciaires appropriées à l’enquête sur l’assassinat du policier Calixte.
Quelques heures avant sa mort, le policier Walky Calixte a eu une vive polémique avec l’entourage du député, Rodriguez Séjour, qui devrait répondre, ce 24 avril devant le cabinet d’instruction, de son éventuelle implication dans l’assassinat du 17 avril.
Un tableau qui est contraire à celui du 23 avril, quand a prévalu une atmosphère grisâtre et de poussière, résultant de la fumée de pneus usagés enflammés qui ont servi de barricades. Les habitantes et habitants de la commune ont alors tenté, avec peine, de se rendre à leurs activités au centre ville, des riveraines et riverains ont été remarqués aux abords des routes, attendant des autobus et des tap-tap (véhicules de transport public) qui n’arrivaient pas.
Les hommes armés, qui prétendent être d’anciens militaires, ont également sillonné la voie principale de Carrefour à bord de camionnettes blanches. De rares patrouilles policières ont aussi été aperçues.
Tard, dans l’après midi du dimanche 22 avril 2012, des rumeurs, relayées par des tracts, annonçaient une possible journée chaude le lundi 23 avril.
Justice pour Walky Calixte et élargissement de 5 policiers nationaux emprisonnés depuis quelque temps sont les principaux motifs du mouvement du 23 avril, qui s’est pourtant répandu au nord de la capitale (aéroport, Delmas) voire un peu à l’est (à Pétionville).
Les 5 policiers, dont les manifestants réclament la libération, appartiennent à l’effectif institutionnel de Carrefour. Ils sont en prison à la suite d’une altercation ouverte avec un juge. [rh kft rc apr 24/04/2012 11:40]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article12753

Aucun commentaire: