POUR VOS RECHERCHES

Google

samedi 10 septembre 2011

Martelly met en branle un conseil pour encourager les investissements étrangers

Le chef d'Etat haïtien, Michel Martelly, a donné l'investiture hier aux membres du Conseil Consultatif Présidentiel pour le Développement Economique et l'Investissement (CCPDEI), une nouvelle structure chargée d'encourager l'investissement et de faire la promotion du développement économique. Bill Clinton, qui occupe déjà deux postes clés, Envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU et co-président de la CIRH, est le coordonnateur de cet organisme dont la mission principale est d'inciter les entrepreneurs étrangers à investir en Haïti.
Bill Clinton, accompagné de l'homme d'affaires haïtien, Laurent Lamothe, bénéficieront de l'appui d'une trentaine de personnalités haïtiennes et étrangères dont Wyclef Jean, Michaëlle Jean, l'ex Premier Ministre de Trinidad Percival Paterson, l'ex présidente des Philippines, Gloria Aroyo, le PDG de Digicel, Denis Obrien, l'ex président colombien Alvaro Uribe.
M. Martelly mise sur ce conseil qui devra aider à améliorer l'image d'Haïti à l'étranger. Il promet que les facilités pour assurer l'investissement dans les diverses filières de l'activité économiques seront accordées par les pouvoirs publics.
Le chef d'Etat rappelle que son objectif de création de 500 000 emplois pour les 3 prochaines passe par l'accélération des moteurs de la croissance haïtienne.
L'ex président américain, Bill Clinton, est conscient de l'ampleur de la tache. Il a dans son intervention mis l'accent sur les étapes à franchir pour que le pays soit vraiment compétitif. Si on arrive à réduire le délai pour créer une entreprise, si on modernise le système de cadastre, si les ports sont plus efficients, si l'énergie électrique est disponible, si les universités et les centres de formation travaillent en collaboration avec les acteurs économiques vous pouvez croitre rapidement, explique t-il.
De son coté Laurent Lamothe a indiqué que des modèles de développement comparable à celui du Rwanda sont envisagés. Il préconise également la mise à jour de la législation afin de favoriser l'implantation des entreprises étrangères.
LLM / radio Métropole Haïti
Commentaires:
Il est difficile de commenter l'actualité haitienne surtout quand c'est pour émettre des réflexions arhiconnues. Répéter la même chose. Personnellement j'ai horreur de donner l'impression de jouer au savant ou au donneur de leçons.
Cependant on n'a le droit de se poser certaines questions devant certains actes posés. Par exemple a quoi sert cette commission qui replace des gens  qui font partie de la Commission Intérimaire pour la Reconstruction. Si la Reconstruction d'Haïti passe par des réinvestissements et que Bill Clinton est déjà co-président de la dite commission pourquoi le placer à la présidence d'une autre?
On aurait pu dire la même chose concernant les personnalités non haitiennes qui elles aussi sont représentées au sein de la dite commission.
On peut noter l'omniprésence de l'ancien président américain dans les instances décisionnelles de la nation. Sa présence qui aurait du représenter une sorte de sesame pour ceux qui avaient promis des fonds à Haïti n'a pas eu l'effet escompté. Peu importe qu'il évoque maintenant l'absence de gouvernement pour justifier le retard dans l'arrivée des fonds. Ceux qui suivent l'actualité ont compris que l'on a toujours tendance à s'accrocher à un bouc émissaire. Avant l'arrivée de Michel Martelly le bouc émissaire avait le sceau d'une autre situation.
Ce que l'équipe Martelly laisse entendre, c'est que le mot RECONSTRUCTION signifie reconstruire des maisons puisqu'il vient de constituer une autre commission avec la même configuration de la CIRH avec les mêmes attributions.

Aucun commentaire: