POUR VOS RECHERCHES

Google

mardi 29 novembre 2011

Les jeunes écoliers interpellés devraient se présenter au tribunal ce lundi

Par Succès Estinvil et Jean Thony Lorthé Les jeunes interpellés vendredi dernier par des policiers affectés au Sous-commissariat du Canapé-Vert devraient répondre ce lundi aux questions du juge de paix du tribunal de la section Est de Port-au-Prince, Jean Claude Mondélus. Leurs parents devraient également s’y présenter. Ces jeunes écoliers, une dizaine environ, ont été appréhendés dans un club de danse à Bois-Verna. A combattre de telles pratiques, la Police Nationale d’Haïti se déclare déterminée.
A l’arrivée des policiers, une ambiance incandescente régnait au club. Les élèves buvaient de l’alcool, fumaient de la marijuana et de la cigarette. Qui pis est, les filles, debout sur la pointe des pieds, la tête renversée vers l’avant, soulevaient leurs jupes invitant les garçons à se coller à leurs fesses. Un responsable de la Police a même parlé d’ébats sexuels.
Ils étaient plusieurs centaines ces écoliers en uniforme ou en civil à prendre part à ce programme débridé baptisé « After School » vendredi dernier au club Stanley, situé à Bois-Verna (Centre de Port-au-Prince). Une trentaine d’être eux dont des mineurs en état d’ébriété ainsi que le propriétaire du club de danse Stanley Mattéis ont été interpellés puis remis en liberté. L’opération a été conduite par les agents du Sous-Commissariat du Canapé-Vert.
Les écoliers interpellés ont été remis à leurs parents le même jour en début de soirée. Cependant, ils étaient convoqués ce lundi par le juge de paix du tribunal de la section Est, Jean Claude Mondélus. Quoique relâché, le propriétaire du club doit également être entendu pour complicité.
La police n’est pas à son coup d’essai et n’entend pas baisser les bras, indique l’officier de police.
Au moment de l’opération, les agents de l’Ordre étaient accompagnés d’un juge paix. Ils en ont procédé à la fermeture du club où se pratiquaient toute sorte d’activités illicites. Ces pratiques qui touchent à la pudeur sont pourtant légion dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. Beaucoup de parents s’en plaignent selon le responsable du sous-commissariat du canapé-vert, Sud-est Port-au-Prince.
http://radiovision2000haiti.net/home/?p=10697

Aucun commentaire: