POUR VOS RECHERCHES

Google

vendredi 11 janvier 2013

Haïti-Commerce frontalier : Violence à Belladère entre contrebandiers et agents douaniers


Correspondance Shella Chauvette
Belladère 10 janv. 2013 [Alter Presse] --- Des individus ont mis feu à un véhicule appartenant à la douane de Belladère, le vendredi 4 janvier 2013, alors qu’un agent douanier aurait blessé par balle un contrebandier qui tentait de prendre la fuite avec un camion de marchandises, apprend l’agence en ligne AlterPresse.
Freud Cyril, le chauffeur, a été transporté à l’hôpital.
« Ce n’est pas la première fois qu’il y a ce genre de disputes entre chauffeurs et douaniers. L’État se doit de prendre des mesures sévères, afin de freiner ces actes de banditisme qui règnent sur la frontière de Belladère », réagit Renel Paris, un employé de la douane.
Au courant de plusieurs dérives à la douane de Belladère, les autorités policières du département du Centre ont renforcé la sécurité à la frontière avec des agents de l’unité départementale du maintien de l’ordre (Udmo).
« Malgré la présence de ces policiers, les contrebandiers continuent de faire la loi, à la douane, car ils possèdent des armes de plus grand calibre que ces derniers » déplore un Belladerois.
Depuis que le gouvernement a pris des mesures, en vue de contraindre les contrebandiers de payer normalement leurs taxes, eux aussi n’ont pas cessé de se plaindre de la hausse des bordereaux, qui, selon eux, affaiblit le commerce et porte atteinte à leur mode de vie.
« Je sais que l’une des missions de l’État, c’est de contrôler la douane, mais l’État ne peut pas donner de travail aux commerçantes et aux commerçants, qui, des fois, empruntent de l’argent à un taux déjà exorbitant. Les bordereaux sont trop élevés, nous ne pouvons pas faire face à nos diverses obligations », affirme Myrtha Ledoux, une commerçante.
D’autres riveraines et riverains demandent aux autorités centrales de prendre leurs responsabilités, par rapport aux diverses dérives constatées, ces derniers temps, dans la commune de Belladère.
« Ce n’est pas seulement la douane qui doit attirer l’attention des autorités sur Belladère, par rapport à son rendement au trésor public. Il faut aussi tenir compte de la sécurité des fonctionnaires et de leurs conditions de fonctionnement, ainsi que de l’environnement », souligne Cuma Vincent, un habitant de Belladère. [sc kft rc apr 10/01/2013 1:00]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article13908

Aucun commentaire: