POUR VOS RECHERCHES

Google

dimanche 8 janvier 2012

Aide internationale à Haïti: la moitié des fonds promis versée

Baptiste Ricard-Châtelain Le Soleil
(Québec) Printemps 2010. Quelques mois après le terrible séisme qui a déchiré Haïti, des dizaines de chefs d'État paradaient aux Nations Unies, à New York, les poches pleines, promettant d'envoyer 5,5 milliards $ avant la fin 2011 pour les secours. Un peu plus de la moitié de la somme a réellement été versée, selon une recension publiée par le bureau de l'envoyé spécial de l'ONU pour Haïti.
«Le gouvernement canadien a distribué 90 % des fonds qu'il avait promis après le tremblement de terre du 12 janvier 2010», rassure d'emblée Nicolas Moyer, directeur général de la Coalition humanitaire regroupant cinq organisations non gouvernementales : Care, Oxfam Canada, Oxfam Québec, Plan et Aide à l'enfance. Elles ont fait le point, jeudi, sur la situation dans le pays occupant l'ouest de l'île d'Hispaniola dans les Antilles. «Il y a toujours 47 % des engagements internationaux qui n'ont pas été versés.
Les donateurs doivent respecter leurs promesses pour qu'ils continuent de faire partie de la solution à long terme.»
Car les secours aux sinistrés tirent à leur fin. Les organisations de coopération collaboreront maintenant avec le gouvernement local afin de bâtir un État viable. «Il faudra de nouveaux engagements de la communauté internationale pour des investissements à long terme», escompte M. Moyer. La santé, l'éducation, des emplois... «Ces questions sont beaucoup plus complexes, et les solutions sont beaucoup moins évidentes qu'elles le sont pour l'aide d'urgence.»
«Il faut souligner la bonne participation du gouvernement canadien», commente à son tour Claude St-Pierre, d'Oxfam, depuis son bureau de Port-au-Prince. «Malheureusement, tous les gouvernements ne peuvent brandir d'aussi bons résultats. Il faut continuer à insister pour que ceux-ci respectent leurs promesses parce que ces fonds sont nécessaires.»
«Au fil du temps, les gens oublient. Il ne faut pas oublier, ajoute-t-il. Au Québec, Haïti est un pays auquel on est attaché. J'espère que cet attachement sera durable. Les gens ont été très généreux, autant les institutions que les individus, après le tremblement de terre. Il y avait beaucoup de ressources disponibles. Mais gérer des situations de crise est une entreprise coûteuse. Beaucoup de ces fonds ont été investis et ne sont donc plus disponibles.»
«Il y a eu beaucoup de fonds dans la phase d'urgence», appuie Monique Morazain, agente de programme chez Aide à l'enfance Canada. «Et en ce moment, on essaie de faire la transition vers des projets de développement, et les fonds diminuent.»
Gary Shaye, aussi d'Aide à l'enfance, souligne que les 15 plus importantes ONG présentes sur place ont obtenu environ 416 millions $ durant l'année du séisme. Elles en recevront la moitié en 2012. «Beaucoup des fonds disponibles en 2010 pour l'aide d'urgence ne sont plus disponibles pour nous. La plus grande part des fonds octroyés pour Haïti est du "court terme", pour six mois, un an. Mais les problèmes sont vraiment à long terme.»
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/dossiers/seisme-en-haiti/201201/05/01-4483250-aide-internationale-a-haiti-la-moitie-des-fonds-promis-versee.php

Aucun commentaire: