POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 11 septembre 2013

Lamothe en Europe : « Les choses vont mieux et on veut le dire au monde entier »

Coopération internationale/Visite
Le Nouvelliste | Publié le :10 septembre 2013
Robenson Geffrard, rgeffrard@lenouvelliste.com
Le Premier ministre a quitté le pays lundi pour une tournée de quelques jours en Europe. Laurent Lamothe a commencé mardi sa visite à Paris où il a eu plusieurs rencontres.
Redynamiser et consolider les relations d'Haïti avec la France, faire du lobbying en faveur du pays au sein de l'Union européenne, inciter des investisseurs étrangers à s'intéresser aux potentiels d'Haïti sont, entre autres, les objectifs de cette tournée entamée par le Premier ministre en Europe. Selon les explications de Laurent Lamothe mardi matin sur les ondes de Radio Magik 9 depuis Paris, la présence haïtienne dans les grandes capitales européennes et devant de grands donateurs est très importante.
« Aujourd'hui, nous avons besoin du support non seulement du gouvernement français, mais également de l'Union européenne, qui a une importante enveloppe d'aide en discussion de vote pour Haïti dans le cadre du 11e FED», a indiqué le patron de la Primature en tournée officielle en Europe du 10 au 14 septembre.
Pour sa première visite en France depuis qu'il est Premier ministre, Lamothe doit 
s'entretenir avec son homologue français, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. En outre, il rencontrera le ministre fédéral belge des Affaires étrangères, Didier J.L. Reynders, le président de l'Union européenne (UE), Herman Van Rompuy, le commissaire européen au Développement, Andris Piebalgs, le commissaire à la Coopération internationale, à l'Aide humanitaire et à la Réaction aux crises, Kristalina Georgieva, le secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie, Abdou Diouff, et le ministre d'Outre-mer français, Victorin Lurel.
Lamothe se rendra mercredi en Belgique pour rencontrer Herman Van Rompuy, Andris Pielbags et le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reyndres. Vendredi, il reviendra en France où il sera reçu par son homologue français, Jean-Marc Ayrault, et le secrétaire général de la francophonie, Abdou Diouf. Le Premier ministre profitera de son séjour en Europe pour conduire des entretiens avec de potentiels investisseurs et des responsables d'associations qui interviennent en Haïti.
Selon une note de la Primature, les échanges de Laurent Lamothe porteront notamment sur la vision de l'administration Martelly relative à l'aide européenne nécessaire à la reconstruction du pays, le renforcement de la coopération entre l'Union européenne et Haïti et l'appui de l'UE aux programmes gouvernementaux de développement. « L'UE doit également statuer sur le vote d'une enveloppe de 400 millions d'euros en faveur de la République d'Haïti. »



« Au cours de son séjour en France, le Premier ministre haïtien discutera avec les plus hautes autorités politiques de la nécessité de renforcer la coopération haïtiano-française et les liens d'amitié et de solidarité qui unissent les deux peuples ; du soutien de la France à l'épanouissement d'Haïti via son plan stratégique de développement à travers lequel se définissent les grandes priorités pour son essor 
économique. »


 Laurent Lamothe, selon la note, profitera de cette visite pour attirer de nouveaux investissements vers Haïti. Il rencontrera également les représentants de la Chambre de commerce belge et les responsables du Mouvement des entreprises de France (MEDEF) en vue d'attirer des investisseurs dans le pays.
Mardi à Paris, Laurent Lamothe a déclaré sur RFI que l'amélioration du climat des affaires est une priorité pour son gouvernement. « Haïti est en chantier actuellement. Nous avons plus de 800 projets en cours, 300 kilomètres de routes. L'investissement direct a augmenté de 20 %. Les choses vont mieux et on veut le dire au monde entier. »
Devant un parterre d'invités réunis à la maison de l'Amérique latine mardi en soirée, le Premier ministre a repris les mêmes thèmes. Sortant de son discours écrit, le PM a insisté sur le fait qu'Haïti est devenue, grâce aux efforts de la PNH et de l'administration Martelly, l'un des pays les plus sûrs de la Caraïbe avec un taux d'homicide de 9 pour 100 000.
Laurent Lamothe s'est réjoui de la nette amélioration du climat d'affaires en Haïti. « Le pays a enregistré 44 projets d'investissement privés évalués à 225 millions de dollars. » Il a souligné que l'inflation a été maîtrisée à 6,7% et que le Gouvernement vise un taux de croissance de 4.5%.
« Pour ce faire, a-t-il dit, une lutte acharnée est en train d'être menée contre la contrebande et la corruption, l'ULCC a été renforcée et tous les moyens ont été mis à la disposition de cet organisme afin de lui permettre de faire son travail. Pour la première fois, la Direction générale des impôts a pu collecter 15 milliards 920 millions de gourdes deux mois avant la fin de l'exercice. »
Par ailleurs, sur Radio Magik 9, le chef du gouvernement a dit lire dans la presse que le gouvernement du Canada avait l'intention de diminuer drastiquement les fonds mis à la disposition d'Haïti chaque année. « Nous n'avons aucune confirmation des autorités canadiennes en ce qui concerne cette information dévoilée par l'article et je ne veux pas faire de spéculations », a-t-il dit aux journalistes de l'émission Panel Magik.
Denis Paradis, ministre de Développement international du Canada, en visite récemment dans le pays, avait dit observer des progrès dans plusieurs domaines, a rappelé le Premier ministre. « On doit être clair sur une chose, a-t-il dit, le développement d'Haïti ne passera pas par les aides. Il y a des efforts qui se font pour attirer des investisseurs privés...L'aide au développement c'est quelque chose de temporaire en attendant qu'on puisse se prendre en charge... »
Le Premier ministre a dit orienter ses actions vers la souveraineté financière et l'indépendance économique du pays. Pour y arriver, a-t-il souligné, « on doit exploiter nos ressources naturelles, attirer l'investissement, inciter la diaspora à venir investir en Haïti... »
Le Premier ministre est accompagné dans son périple européen des sénateurs Jocelerme Privert et Wencesclass Lambert, de l'Ordonnateur national de l'Union européenne en Haïti Jean-Edner Nelson et du coordonnateur général de l'Office de management et de ressources humaines, Uder Antoine.
Robenson Geffrard, rgeffrard@lenouvelliste.com
http://lenouvelliste.com/article4.php?newsid=121133

Aucun commentaire: