POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 4 septembre 2013

Chambre basse... Report sine die de la séance d'interpellation de Laurent Lamothe

Le Nouvelliste | Publié le :03 septembre 2013
Yvince Hilaire
La conférence des présidents n'a pas encore analysé la faisabilité de la motion d'interpellation de Laurent Salvador Lamothe déposée au bureau de la Chambre basse par un groupe de sept députés vendredi dernier. Les députés interpellateurs doivent attendre la tenue d'une conférence des présidents à l'extraordinaire ce mercredi pour décider de la suite à donner à leur demande. Le président de la Chambre basse croit cependant que le vote de la loi électorale devrait être la priorité de l'heure pour les députés qui partiront en vacances lundi prochain.
La séance d'interpellation de Laurent Salvador Lamothe comme ministre de la Planification et de la Coopération externe prévue ce mercredi à la Chambre des députés n'aura pas lieu. Le président du bureau de la Chambre basse, Jean-Tholbert Alexis, déplore le fait que les sept députés interpellateurs aient fait une fuite en avant en annonçant la date de la séance d'interpellation du titulaire du ministère de la Planinification portant également la casquette de chef du gouvernement.
« L'article 225 des Règlements intérieurs de la Chambre basse a rappelé Jean- Tholbert Alexis, dit clairement que c'est la conférence des présidents qui doit fixer la date pour une séance spéciale consacrée à la discussion d'une ou de plusieurs motions d'interpellation d'un ministre ou d'un gouvernement.» Selon le parlementaire, les députés signataires de la motion d'interpellation n'auraient pas dû faire mention d'une quelconque date dans leur correspondance déposée au bureau qu'il préside. « Ce n'est pas grave que les députés aient fixé une date, mais cela n'est pas dans leurs prérogatives », a-t-il précisé d'un ton catégorique. Ce, pour dire que les députés interpellateurs doivent attendre encore avant d'interroger le responsable du MPCE sur le décaissement des fonds communaux et sur la gestion des fonds d'urgence post-Sandy. De toute façon, a-t-il poursuivi, nous allons organiser une conférence des présidents à l'extraordinaire ce mercredi pour trouver un consensus sur une date pour la séance. L'élu de Croix-des-Bouquets/ Thomazeau a par ailleurs estimé que les députés devraient de préférence se préoccuper de l'urgence du moment.
« Le président de la République nous a demandé le bénéfice de l'urgence pour le vote de la loi électorale. Nous le lui avons accordé. C'est cela qui devrait être notre priorité pour l'instant », a dit le numéro un de la Chambre basse, qui dit attendre avec impatience le rapport de la commission chargée d'analyser le projet de loi électorale. Jean-Tholbert Alexis en a profité pour présenter, au nom de l'assemblée qu'il dirige, les condoléances de la Chambre des députés à la famille de l'ex-député Ernst Pedro Casséus, un ancien président mythique de cette institution. « J'annonce officiellement que Ernst Pedro Casséus aura des funérailles nationales lundi prochain à 6h du matin à la salle de séance de ladite chambre... » Yvince Hilaire
http://lenouvelliste.com/article4.php?newsid=120781

Aucun commentaire: