POUR VOS RECHERCHES

Google

mardi 14 août 2012

Les barreaux d’Haïti réclament la haute cour de justice pour le président du CSPJ

Dans une résolution adoptée à l’issue d’une assemblée extraordinaire portant sur la crise née du choix contesté des éventuels représentants du conseil supérieur du pouvoir judiciaire au potentiel conseil électoral permanent, les bâtonniers de la république réunis au sein de la FBH qualifient de forfaiture l’attitude de Me Anel Alexis Joseph et annoncent des sanctions contre les hommes de loi travaillant comme conseillers du pouvoir Publié le lundi 13 août 2012 La fédération des barreaux d’Haïti (FBH) a confirmé lundi le retrait de son représentant au sein du CSPJ et engagé des démarches visant à déclencher une procédure de mise en accusation au Parlement du président de l’organe de contrôle du pouvoir judiciaire, Me Anel Alexis Joseph, lors d’une assemblée générale extraordinaire consacrée à la crise au CSPJ qui réunissait les différents bâtonniers du pays. Dans une résolution adoptée à l’unanimité, les membres des barreaux de la république ont décidé d’écrire à la Chambre des Députés pour lui demander de lancer pour forfaiture la procédure de mise en accusation de Me Joseph qui pourrait être jugée par la haute cour de justice. Egalement président de la Cour de cassation, le septuagénaire est au cœur d’une vive controverse ayant débouché sur la démission de deux membres du CSPJ depuis sa décision unilatérale de communiquer à l’Exécutif la liste de trois membres potentiels du CEP permanent, approuvée au cours d’un vote auquel avaient pris part quatre des neuf magistrats alors en fonction. Le secrétaire du barreau de Port-au-Prince et de la FBH, Me Stanley Gaston, a indiqué que la résolution prévoit également de ne plus inscrire au tableau de leur ordre respectif les noms des avocats partie prenante de la crise actuelle à cause de leur statut de conseiller du gouvernement Martelly/Lamothe. Pour sa part, le vice-président de la fédération des barreaux d’Haïti, Me Jacques Létang, s’est montré intraitable sur ce point en dégageant les significations profondes de la résolution adoptée. L’avocat croit que Me Anel Alexis Joseph, du haut de ses fonctions prestigieuses, n’a pas du tout compris le contenu de l’article 13 de la loi portant création du conseil supérieur du pouvoir judiciaire. Egalement présent à cette assemblée, le représentant démissionnaire de la FBH au sein du CSPJ, Me Néhémie Joseph, a apporté un démenti catégorique aux rumeurs faisant état d’une reprise du vote dans des conditions régulières après le tollé qu’avait provoqué la manœuvre du président. Le bâtonnier de l’ordre des avocats des Gonaïves (Artibonite, nord) reste fidèle à sa position en réclamant l’aboutissement des investigations dont faisaient l’objet les douze présélectionnés du CSPJ et la tenue d’un nouveau scrutin destiné à désigner, en toute transparence, les trois candidats habilités à siéger au futur conseil électoral. La radicalisation de la position des barreaux de la république risque de compromettre l’avenir du CSPJ tel que constitué aujourd’hui et de son président déjà très décrié. Outre, Me Néhémie Joseph, la représentante du secteur des droits humains, Me Dilia Lemaire, a également jeté l’éponge en exprimant son dégoût devant la dépendance scandaleuse vis-à-vis de la Présidence de l’organisme ayant justement pour mission de donner naissance à une justice indépendante. spp/Radio Kiskeya http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article9048

Aucun commentaire: