POUR VOS RECHERCHES

Google

mardi 3 janvier 2012

Haïti-Politique : La présidence propose de redéfinir l’être haïtien et de revenir à l’agriculture

208 e anniversaire de la déclaration d’indépendance nationale
P-au-P, 2 janv. 2012 [AlterPresse] --- Le président Joseph Michel Martelly invite à de nouveaux combats en 2012, passant par des actions visant à refaire l’être haïtien et à revenir aux débouchés offerts par l’agriculture, dans un discours prononcé aux Gonaïves (la cité de l’indépendance, à 174 km au nord de la capitale) pour son premier message de vœux à la nation à la tête d’Haïti, relève l’agence en ligne AlterPresse.
Les infrastructures, la construction de belles routes et la mise en place d’autres moyens de développement peuvent ne pas être profitables à la république caribéenne, si les citoyennes et citoyens ne sont pas formés, à travers un processus devant avoir pour base l’éducation, avertit Martelly.
Il s’agit d’ « une autre bataille, (d’) une autre guerre », de la mise en œuvre de combats axés notamment sur l’éducation et l’environnement, et nécessitant la conjugaison de toutes les forces vives haïtiennes.
« Les canons se sont tus, mais la bataille continue », martèle t-il, en référence à la geste héroïque ayant amené à la déclaration d’indépendance nationale le 1er janvier 1804 aux Gonaïves par les pères fondateurs de la patrie.
« Il nous faut recommencer à travailler la terre : c’est cela notre richesse. Nous devons exploiter ce que nous avons. Nous avons une terre fertile et des gens à la recherche de travail », argue Martelly, qui n’a pas précisé les mécanismes qui seront institués par le gouvernement du premier ministre Garry Conille pour matérialiser de tels souhaits.
En 2012, le gouvernement a l’intention de soutenir les paysans agriculteurs en favorisant l’accès aux intrants par la disponibilité de « banques agricoles », promet Martelly sans fixer de date
La multiplication d’usines de sous-traitance, en guise de création d’emplois, reste une des options, qui semble retenir principalement l’attention de la nouvelle administration politique, inaugurée le 14 mai 2011 (avec la prestation de serment du nouveau président) et le 18 octobre de la même année (avec l’installation du premier cabinet ministériel composé de 18 ministres et de 19 secrétaires d’État).
La pêche et le tourisme sont également vus par Martelly comme facteurs, susceptibles de relever l’économie nationale.
Sans indiquer les voies et moyens, Martelly prône une sorte d’ "État providence", une perspective selon laquelle « l’État doit prendre les problèmes (de la population en main) pour que le peuple puisse jouir… ». [rh rc apr 02/01/2012 09:40]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article12136

Aucun commentaire: