POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 12 septembre 2011

Dans une semaine, l’ONU pourrait libérer les marins uruguayens

Le ministre de la Défense présentera un rapport à une commission du sénat Après quelques avancées dans l’investigation des détails concernant l’agression perpétrée contre un jeune haïtien dans la ville de Port-salut, l’Organisation des Nations Unies (ONU) aurait ordonné la libération des accusés.
Si cela se produit, les impliqués seraient immédiatement envoyés à Montevideo, ou le ministère de la Défense Nationale et l’Armée Nationale réalisent des investigations de leur côté.
Même si les Nations Unies ont ouvert un dossier sur l’affaire, il est clair que les militaires faire face à la justice dans leur pays d’origine, selon les explications du ministre de la Défense, Monsieur Eleuterio Fernandez Huidobro, données au parlement la semaine dernière.
Précisément aujourd’hui, le ministre se réunira avec la commission de Défense du Sénat de la République pour continuer à expliquer les avancées de l’investigation et raconter les faits de la façon la plus précise possible en tenant compte des données obtenues jusqu’à ce moment.
La semaine dernière, le Ministre avait indiqué l’accusation avait été acheminée par devant les instances militaires et après la même procédure sera engagée par devant la justice civile, ainsi les accusés devront affronter plusieurs instances de façon simultanées d’investigation et de procédure à cause de leur acte.
Quand Fernandez Huidobro s’est réunie la semaine dernière avec la Commission de la Défense de la chambre des députés, il avait présenté le résultat de trois investigations préliminaires réalisées par l’ONU, le Ministère de la Défense et par l’Armée Nationale.
Les trois investigations avaient conclu qu’il n’existait pas d’indices pouvant permettre d’affirmer que le jeune ait été soumis à un abus sexuel quoique les trois enquêtes aient reconnu qu’il s’agit d’un évènement très grave, qui viole plusieurs normes de l’ONU sur les missions de paix et de la relation des soldats avec la population locale et que les faits doivent être investigués à fond et les responsables punis par les lois en vigueur.
En plus, le Ministère de la Défense recherche des informations sur la participation de soldats uruguayens dans des cas de prostitution enfantine et de consommation de marihuana en présence d’enfants mineurs.
Source: El País Digital
http://www.elpais.com.uy/110912/pnacio-592809/nacional/en-una-semana-la-onu-liberaria-a-los-marineros/
Traduction: Jonas Jolivert pour HAITI RECTO VERSO

Aucun commentaire: