POUR VOS RECHERCHES

Google

samedi 20 août 2011

A défaut de gouvernement, le Conseil Technique Présidentiel fait surface

A défaut de gouvernement, le CTP fait surface

A la tête du pays depuis 100 jours, et sans gouvernement, le président Michel J. Martelly présente la Cellule d'assistance technique, le Conseil technique présidentiel (CAT/CTP), une entité qui est chargée de réaliser la vision du président.
Haïti: Pas moins de 26 institutions publiques travaillent avec la Cellule d'assistance technique, le Conseil technique présidentiel (CTA/CTP) dans la collecte de données, pour matérialiser la vision du président haïtien Michel Joseph Martelly. Cette nouvelle structure qui s'apparente à un gouvernement doit notamment articuler la vision du président dans différents secteurs. Sans nommer les différentes personnalités qui en font déjà partie, le président s'est contenté d'introduire deux membres du CTP : Carl Jean-Louis et Phillipe Cantave.
« Nous avons une équipe de conseillers qui transforme cette vision en politique publique dans l'éducation, l'économie, la santé, les infrastructures...Nous devons faire découler une approche stratégique qui a été retenue dans la cellule technique présidentielle », a expliqué, jeudi 18 août, Philippe Cantave, membre de l'équipe présidentielle présenté comme spécialiste en suivi et évaluation.
« Tous les discours du président se résument à la création d'un état stratège qui se dote d'une planification et d'une approche de suivi et évaluation pour atteindre les résultats que l'Etat s'est fixé. En gardant à l'esprit que l'approche est participative, le CTP travaille avec différents acteurs : le gouvernement, le Parlement, la communauté internationale, les organisations de la société civile.
« Un tableau de bord, un baromètre, l'état de santé d'Haïti. Ce sera l'indicateur le plus sûr de nos progrès dans tous les domaines », a commenté Philippe Cantave, au sujet des travaux de cette nouvelle entité. Il a beaucoup insisté sur la recherche de résultats et leur quantification.
« S'il faut changer, s'il faut rompre avec les vieilles pratiques, l'ancien système, un cadre légal approprié s'impose naturellement. Notre équipe va mettre les bouchées doubles pour faire avancer le pays », a promis M. Cantave. Ces reformes, dit-il, dont le pays a tant besoin doivent être le résultat de l'usage des diagnostics réalisés dans tous les ministères et dans tous les domaines.
Phillipe Cantave se rend vite compte du grand rôle que pourrait jouer l'Office de management des ressources humaines (OMRH). Pour lui, cette entité doit être structurée et devenir un instrument important, un pilier de cette reforme institutionnelle tant attendue dans le pays confronté à des difficultés de toutes sortes, dans l'administration publique.
« Comme la présidence est responsable de la bonne marche des institutions, nous nous dotons d'instruments qui permettent de suivre de près la performance de l'action gouvernementale », a ajouté Carl Jean Louis, coordonnateur du programme des 100 jours du président Martelly. Il pense entre autres qu'il faut introduire dans le pays la culture de rendre compte.
Interrogé sur la durée, le mandat et les personnalités qui composent le CTP, Carl Jean Louis a affirmé que la durée n'est pas définie en tant qu'entité de la présidence. Il a toutefois fait savoir que l'équipe se renforce et compte 15 personnes actuellement. Il a souligné que les consultations se poursuivent avec les différents secteurs de la nation pour composer le CTP. Cette démarche est compatible avec la semaine de la gouvernance, a-t-il ajouté.
Dieudonné Joachim
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=96232

Aucun commentaire: