POUR VOS RECHERCHES

Google

dimanche 16 janvier 2011

Duvalier fils de retour d'exil

Je suis venu pour aider, dit Duvalier à son retour Mise à jour le dimanche 16 janvier 2011 à 19 h 21
L'ancien président Jean-Claude Duvalier est de retour en Haïti après 25 ans d'exil. Le dictateur avait régné de 1971 à 1986 avant d'être chassé par une révolte populaire.

Surnommé Bébé Doc, puisqu'il succédait à son père François Duvalier (dit Papa Doc), il est maintenant âgé de 59 ans. Il vivait en France depuis 25 ans.
Le collaborateur de Radio-Canada à Haïti, Clarence Renois, l'a vu à son arrivée. Selon lui, personne n'avait anticipé son retour.
M. Duvalier, qui promet sous peu une conférence de presse, n'a eu jusqu'ici que ces quelques mots : « Je suis venu pour aider ».
Son épouse, qui l'accompagne, a dit qu'il avait été très touché par le séisme dévastateur du 12 janvier 2010. Il aurait aussi embrassé le sol à sa descente d'avion et déclaré : « Haïti mon pays, le pays de Dessalines », en référence au héros de l'indépendance.
Des anciens officiels de son régime, dont son ministre des Affaires étrangères et son chef de la garde présidentielle de l'époque, étaient là pour l'accueillir.
Il est en ce moment dans les bureaux de l'immigration pour les formalités administratives.
Jean-Claude Duvalier est revenu à bord d'un avion d'Air France qui s'est posé en fin d'après-midi à Port-au-Prince.
La nouvelle de son départ avait d'abord été annoncée par une source diplomatique à Paris. Un responsable de l'aéroport de Port-au-Prince a confirmé son arrivée.
En 2007, Jean-Claude Duvalier était intervenu sur les ondes haïtiennes pour demander pardon au peuple haïtien pour les erreurs commises pendant son règne.
Le président sortant René Préval avait à l'époque dit que l'ex-dictateur, accusé de détournements de fonds pendant l'exercice de son pouvoir, n'échapperait pas à la justice.
Aucune interdiction de revenir au pays ne pese sur lui.
Ce retour imprévu de l'ancien président survient alors que l'impasse politique demeure, trois semaines avant la fin du mandat de René Préval. Le second tour de l'élection présidentielle tenue le 28 novembre a été repoussé sine die.
Radio-Canada.ca avec
Agence France Presse et Reuters

1 commentaire:

Dietrichpeter13 a dit…

Duvalier, un ex-dictateur hors la loi jamais inquiété par la France
Par MATHIEU DESLANDES | Rue89 | 22/01/2011 | 10H39
A Baby Doc, la France complaisante. Celui qu'elle avait accepté d'accueillir « en transit » pour quelques jours en 1986 sera finalement resté vingt-cinq ans. Hors la loi mais jamais inquiété.
Réaction : « Dietrich13.worpress.com ». Le résultat d’une élection est tributaire des capitaux incontrôlés investis dans les gouffres sans fonds des campagnes, car la clientèle électorale s’acquiert par absolument les mêmes techniques publicitaires abrutissantes que la clientèle des produits les plus nuisibles « vus à la télé ». Notre gouvernance et leur parti politique bassement bakchichés, tirant leur pouvoir et leur importance du recel de l’argent sale, mangent dans les mains des mafieux cousus d’or. Tout est possible dans notre démocratopathie avec des dessous de table et de pots de vins en rapport avec les passe-droits convoités par la corruption proverbiale.
Si Duvalier a pu vivre en paix en France, forcément il a dû passer à la caisse comme tous les truands et trafiquants qui s’y gobergent comme des coques en pâte tant qu’ils ont les moyens bancaires de faire les intéressants.
Dès lors, il se pose, comme dans toutes les grandes affaires financières du passé et de nos jours, la question pourquoi cette canaille vendue n’est jamais poursuivi par leurs vassaux médaillés de la justice assujettie aux mafieux, pour les recels des capitaux si évidente même aux yeux des profanes. À propos, ils seraient intéressants de connaître la signification des insignes arborés fièrement dans la boutonnière de Duvalier. Rotary de nos hommes politiques en vue ou des réseaux de trafic d’influence similaires qui l’ont jadis hissés et maintenus au pouvoir, moyennant des ristournes des subventions du FMI et des aides humanitaires qu’ils ont fait tomber dans son escarcelle comme aux autres tyranneaux de leurs réseaux de corruption ?
Juriste DEA. Sciences pénales. Criminologie.