POUR VOS RECHERCHES

Google

jeudi 16 décembre 2010

Haïti-Choléra : Anthony Lake, souhaite que la crise politique n’affecte pas les efforts de lutte contre le choléra

P-au-P, 16 déc. 2010 [AlterPresse] --- Le directeur général du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), Anthony Lake, a souhaité que l’actuelle crise politique, née de la contestation des résultats des élections du 28 novembre dernier en Haiti, n’affecte pas dans la bataille contre le choléra. Anthony Lake qui effectuait le 15 décembre une visite de quelques heures dans le pays, déclare que « la politique ne doit pas interférer dans notre lutte contre le choléra ».
« Je suis sûr que les candidats sont d’accord avec cela », ajoute-t-il lors d’un point de presse donné au centre GHESKIO, qui gère des unités de traitement de choléra situées dans le quartier populaire Cité de Dieu (secteur ouest).
Le responsable de l’Unicef rappelle que « n’importe qui peut attraper le choléra » et souligne que la maladie peut être prévenue et traitée.
De son coté, le directeur exécutif du centre GHESKIO, le docteur Jean William Pape, évoque d’éventuelles démarches en vue de l’accès à un vaccin contre le choléra.
« C’est un effort qu’on va faire », assure-t-il, mais il prévient que cela nécessitera « plusieurs mois ».
Ce vaccin peut immuniser le système du patient pour une durée de 3 ans, selon les données fournies lors de la conférence de presse.
Pour sa part, Mgr. Pierre André Dumas, engagé dans la lutte contre le choléra, soutient que les « zones les plus reculées où l’eau n’est pas potable » devraient être les premières bénéficiaires de ce vaccin.
L’épidémie a déjà tué déjà tué 2 405 personnes depuis son apparition en octobre dernier en Haiti. 109 196 cas ont été vus, selon les derniers chiffres communiqués par les autorités sanitaires. [ rh gp apr 16/12/2010 09 :00]article10415

Aucun commentaire: