POUR VOS RECHERCHES

Google

mardi 14 décembre 2010

Cannon persiste et signe

Agence QMI Dominique La Haye
13/12/2010 22h04
OTTAWA — Le ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, persiste et signe : le Canada n’a pas l’intention d’intervenir dans le processus électoral des présidentielles en Haïti, malgré la situation politique houleuse que traverse le pays.
Le ministre Cannon a réitéré la position de son gouvernement à l’occasion d’un débat d’urgence sur la situation en Haïti qui s’est tenu lundi soir, aux Communes, à la demande du député libéral de Bourassa, Denis Coderre.
«Ni le Canada, ni même toute la communauté internationale ne peuvent régler tous les problèmes d’Haïti et je dis franchement à nos amis haïtiens, il vous appartient d’élire un gouvernement démocratique, efficace et intègre», a-t-il soutenu en Chambre.
Cette déclaration est conforme à celle qu’il a faite en début de journée, à l’issue d’une rencontre tripartite à Wakefield au Québec avec son homologue mexicaine Patricia Espinosa et la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton.
Tout en voulant respecter la «souveraineté» d’Haïti, le ministre a tout de même envoyé un message clair aux politiciens du pays. «Nous verrons au cours des prochains jours si ces acteurs politiques seront à la hauteur de leurs responsabilités», a-t-il déclaré.
Le ministre a aussi coupé court à une proposition de M. Coderre qui suggère que le second tour de scrutin prévu le 16 janvier prochain soit considéré comme un premier tour à majorité simple. Plusieurs contestent en effet les récents résultats provisoires de l’élection présidentielle du 28 novembre dernier, donnant lieu à de vives manifestations.
«Magouille en français et puis en créole, ça veut dire exactement la même chose, fait remarquer le député libéral. Les gens n’ont pas confiance au système et se demandent comment ils vont recompter des boîtes quand ils savent qu’elles ont déjà été remplies», a-t-il dit.
Le député a aussi demandé lors du débat d’urgence que le Canada déploie un envoyé spécial en Haïti pour faire le pont entre les différents intervenants et ministères impliqués.
Il exige aussi qu’Ottawa envoie l’Équipe d'intervention en cas de catastrophe (DART) pour s’occuper de l’épidémie du choléra.
http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2010/12/20101213-220417.html

Aucun commentaire: