POUR VOS RECHERCHES

Google

dimanche 28 novembre 2010

Elections agitées en Haïti: 12 candidats pour une annulation

28.11.2010, 14h22 Douze des 18 candidats à l'élection présidentielle en Haïti et des milliers d'Haïtiens manifestant à Port-au-Prince ont réclamé dimanche l'annulation du scrutin, dénonçant des "fraudes" au cours d'un premier tour émaillé d'incidents qui ont fait des blessés.
Les bureaux de vote pour les élections présidentielle et législatives ont fermé comme prévu à 16H00 (21H00 GMT), tandis que des milliers de manifestants se regroupaient à Port-au-Prince réclamant que le scrutin soit annulé en raison de "fraudes".
Le chanteur Wyclef Jean, écarté de la course à la présidentielle haïtienne en août, était dimanche dans la capitale à la tête d'une de ces manifestations pour demander l'annulation du scrutin.
"On ne doit pas voler le vote populaire", a-t-il dit à l'AFP.
Des candidats, parmi lesquels des favoris tels Mirlande Manigat, le chanteur populaire Michel Martelly ainsi que Jacques-Edouard Alexis, ont dénoncé dans une déclaration commune "un complot du gouvernement et du Conseil électoral provisoire (CEP) pour trafiquer les élections au profit du candidat du parti au pouvoir".
Des Casques bleus de l'ONU et des policiers ont été envoyés en renfort devant le siège du CEP.
"Il ne s'agit pas uniquement de fraudes, c'est un véritable scandale, un véritable kidnapping des élections", avait plus tôt déclaré à l'AFP le porte-parole de Mme Manigat, Patrice Dumond. Mme Manigat avait déjà évoqué le risque de fraudes plusieurs jours avant la consultation.
Près de 5 millions d'Haïtiens étaient appelés à choisir leur président parmi 18 candidats, ainsi que leurs parlementaires, dans un pays mis à genoux par le séisme du 12 janvier 2010 et touché par une épidémie de choléra.

Jude Célestin, protégé du président sortant, est le candidat d'Inité, le parti au pouvoir.
Les opérations de vote ont été annulées dans deux villes du nord d'Haïti, suite à des violences qui ont fait au moins deux blessés, tandis qu'un centre de vote a été saccagé à Port-au-Prince dans le quartie de Tabarre.
"Une trentaine de personnes sont arrivées d'un coup et ont tout saccagé. Ils n'avaient pas leurs noms sur les listes et ne pouvaient pas voter", a expliqué un responsable du centre de vote.
A Desdunes, dans le nord, après des incidents et des coups de feu qui ont fait des blessés, la mission de l'ONU en Haïti (Minustah) a envoyé dimanche matin une demi-douzaine de véhicules blindés, a indiqué le maire de cette localité de 42.000 habitants, Wesner Archelus.
Le président du Conseil électoral provisoire (CEP), Gaillot Dorsainvil, a indiqué que son instance, "la seule à pouvoir annuler des élections (...) évaluerait le vote" en fin de journée "pour voir s'il y a lieu de réorganiser des élections" dans certains bureaux.
Par ailleurs, les diplomates amis d'Haïti s'étaient réunis dans la journée, selon une source diplomatique qui a indiqué qu'ils entendaient demander "aux candidats à la présidence d'appeler leurs partisans au calme et aux plus hautes autorités du pays à prendre leurs responsabilités pour que la situation se calme".
Le chef de la Minustah, Edmond Mulet, a assuré que "la décision du peuple sera respectée".
La tâche qui attend le nouveau chef de l'Etat est immense. A la crise sanitaire née de l'épidémie de choléra qui a fait 1.648 morts, s'ajoute la question du sort du million d'Haïtiens jetés à la rue par le séisme dévastateur du 12 janvier au cours duquel plus de 250.000 personnes sont mortes.
Les résultats du premier tour doivent être diffusés à partir du 5 décembre tandis que la passation de pouvoir entre René Préval et le nouveau président est prévue le 7 février, après un éventuel deuxième tour le 16 janvier.
http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/elections-agitees-en-haiti-12-candidats-pour-une-annulation-28-11-2010-1169283.php

Aucun commentaire: