POUR VOS RECHERCHES

Google

dimanche 15 juillet 2012

Haïti / Santé : L’engagement pluriel pour une même cause

12 juillet 2012 | Publié dans la catégorie : À La Une, Quoi de neuf ?
Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale de la Population, le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP), en collaboration avec le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP), a organisé le 11 juillet dernier à Port-au-Prince, un atelier de réflexion sur le thème “ La planification familiale : un droit individuel à promouvoir’’. Un excellent cadre pour engager le dialogue entre les divers secteurs tant nationaux qu’internationaux en vue du « repositionnement » de la planification familiale en Haïti.
Considérée comme un « moteur de développement », devant favoriser l’atteinte des Objectifs du Millénaire dans le pays, la Planification Familiale permet, selon Dr Raymond, directrice générale du MSPP, de réaliser un équilibre harmonieux entre croissance démographique et ressources disponibles, d‘améliorer la qualité de la vie tout en diminuant la mortalité infantile et maternelle et d’alléger les pressions exercées sur les gouvernements pour qu’ils répondent aux besoins sociaux et économiques primaires. Avec une population qui est passée de 3 millions en 1950 à plus de 10 millions en 2012, Haïti est un pays où plus du ¼ de ses habitants vivent autour de la capitale Port Au Prince avec moins de 2 US $/habitant.
En ce qui concerne la santé de la reproduction, les statistiques font état d’une moyenne de 630 femmes qui meurent chaque année en raison de complications de grossesse et d’accouchement, pour 100 000 enfants qui naissent. Soit le taux le plus élevé des Amériques.
C’est pourquoi la Ministre de la Santé publique et de la Population, le Dr Florence Guillaume, présidant l’ouverture des travaux de cet atelier, a affirmé que « la situation du pays en matière de santé reproductive et de planification familiale reste alarmante et que pour inverser l’ordre des choses, le gouvernement entend accorder la priorité à une « approche holistique, intégrée et multisectorielle », fondée sur l’implication de tous les secteurs de la vie nationale et avec l’appui des partenaires nationaux et internationaux».
Depuis 2008, le ministère de la Santé et de la Population, avec l’aide des partenaires internationaux, a mis en œuvre un dispositif de planification familiale, de prestation gratuite de soins prénatals, obstétricaux et néonatals dans un certain nombre d’établissements de soins du pays.
Pour Dr Florence Guillaume, le 11 juillet constitue le lancement d’une « véritable mobilisation » devant permettre à tout un chacun d’apprécier « l’ampleur et la gravité » des problèmes liés à la planification familiale en Haïti, et pour discuter « à fond » et de manière transparente de leur origine et des mesures à prendre pour les résoudre.
Quant au Représentant du FNUAP en Haïti, Dr Ramiz Alakbarov, il a réaffirmé son engagement à « agir avec tous ses partenaires pour garantir que l’accès universel à la santé sexuelle et procréative, en particulier à la planification familiale volontaire, soit reconnu comme un élément clé du nouvel agenda de développement international après 2015, et de les insérer dans les plans et politiques de développement et de réduction de la pauvreté ».
Dans un souci de permettre aux populations (femmes) vivant dans des zones reculées d’avoir accès aux soins de santé de base tels que la prévention, les consultations prénatales, le diagnostic, la prise en charge médicale, l’accouchement, l’accès aux médicaments, l’hygiène de la mère et de l’enfant, les Nations Unies ont récemment lancé le projet inter-agences [UNICEF, UNOPS, UNV et OPS/OMS] « Cliniques Sourire », où sont entre autres déployées des sages-femmes volontaires de l’ONU (VNU) .
Et, si l’on veut faire du droit de chaque femme aux meilleurs soins de santé possibles pendant la grossesse et l’accouchement une réalité, les Nations Unies recommandent que les efforts mondiaux soient concentrés sur l’ « élargissement de l’accès des femmes à des services de sage-femmes de qualité », selon un communiqué de l’OMS en date du 20 juin 2011.
Rédaction : Pierre Jérome Richard
Edition : Tahirou Gouro Soumana
http://minustah.org/?p=36354

Aucun commentaire: