POUR VOS RECHERCHES

Google

mardi 9 août 2011

La cathédrale du Cap Haïtien vandalisée par des inconnus

La cathédrale Notre Dame du Cap Haïtien a été vandalisé samedi soir par des individus non identifiés. Le drapeau du Vatican a été déchiré, des objets destinés au culte, des effigies de saints et le mobilier ont été détruits par ces personnes qui n'ont rien emporté. Des tracts critiquant la hiérarchie catholique et le Vatican ont été retrouvés sur les lieux. Les auteurs de ces actes ont accusés les prélats de n'être que des alliés du diable dans le cadre de leurs activités religieuses.
Les autorités locales, le directeur départemental de la Police, Joany Caneus et le délégué départementale, Zephirin Ardouin, ont annoncé l'ouverture d'une enquête afin de faire la lumière sur cet acte.
L'archevêque du Cap Haïtien, Louis Kebreau, croit qu'il s'agit d'individus ayant des motivations religieuses et non politiques. Il révèle que des tracts similaires avaient été retrouvés dans la paroisse de Port Margot.
Il met en garde contre cet acte qui pourrait constituer les prémisses d'une guerre de religion. C'est extrêmement grave les autorités gouvernementales doivent assumer leur responsabilité, insiste M. Kebreau.
Cet acte de vandalisme a provoqué le report de la messe du dimanche 7 août 2011. Mgr. Kebreau, également président de la conférence épiscopale d'Haïti annonce une réunion d'urgence des autorités ecclésiastiques catholiques.
Dans le même temps, le président de la Fédération Protestante d'Haïti, Pasteur Sylvain Exantus, condamne cet acte et réclame l'ouverture d'une enquête afin de retrouver les coupables. Il met en garde contre l'intolérance et souligne la bonne collaboration entre les leaders des différents cultes.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_poli_fr.php?id=19358
Commentaires:
Haïti a rarement été submergée dans une atmosphère de crise si délétère qu'aujourd'hui. Peut-être, les historiens nous sortirons des pages ou il sera évidemment question de crises insolubles. Aujourd'hui, la situation est plus visible et plus invraisemblable dans la mesure ou le pays se trouve depuis le 12 janvier 2010 au centre des préoccupations de certains secteurs qui demandent quand sonnera la cloche qui annonce le départ du grand démarrage.
Le chantier est herculéen. Les ressources sont inexistantes. Les besoins sont immenses. Les haïtiens sont aux abois. Cependant, la politique avec matisses d'intérêts individuels devenus intérêts de groupes et convertis en faux intérêts de classes a semé un vent d'immobilisme qui ne cesse d'étonner les acteurs qui plaident pour une prise en main rapide et efficace du pays.
Les camps se forment et se retranchent. Liberté d'expression aidant, la presse traditionnelle, le télédiol font peur. Le spectre d'une guerre civile se dessine. L'opération bagdad dans une nouvelle version se profile. ARistide est de retour et tire les ficelles en sourdine.
Et la cerise sur le gateau, on voit apparaître dans le panorama haïtien une classe de protestants intégristes qui veulent rééditer les croisades. Tout homme est un homme. Tout individu deviuent du jour au lendemain un guide spirituel capable de "conneries" sans nom.
Les vaudouisants ont souffert car accusé de proteurs du choléra.
Maintenant lesprotestants s'attaquent aux catholiques.
Quelle putain de marmite à pression Haïti!
Et dire qu'il y en a qui manifestent devant l'ONU pour exiger le retrait de la MINUSTAH!

Aucun commentaire: