POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 13 décembre 2010

Les malades du choléra victimes de la crise politique

Mise à jour le lundi 13 décembre 2010.-  Les violences qui ont suivi le dévoilement des résultats du premier tour de l'élection présidentielle en Haïti ont considérablement ralenti les opérations pour contrer l'épidémie de choléra.
Selon Sophie Chavanel, coordonnatrice de la Croix-Rouge canadienne, plusieurs organisations humanitaires ont été obligées de maintenir leurs membres confinés à leur résidence pour des raisons de sécurité.
Les nombreux barrages érigés par des partisans et des militants mécontents ont empêché les équipes de soin de circuler librement.
Plusieurs malades atteints du choléra n'ont pu se rendre dans les centres de traitements. Plusieurs sont morts chez eux ou dans la rue et leurs corps ont été laissés sur place par crainte de contagion.
Les quelques médecins, infirmiers et ambulanciers, qui ont réussi à sortir, ont poursuivi leurs activités dans des conditions difficiles.
La Croix-Rouge canadienne, qui dispose d'un centre de traitement du choléra et d'un poste d'observation à Port-au-Prince, tente de déployer un nouvel hôpital de campagne, mais les conditions sécuritaires compliquent les opérations.
Ottawa offre sa participation pour le recomptage des votes
Le ministre canadien des Affaires étrangères a offert l'aide du Canada pour le recomptage des votes du premier tour de la présidentielle du 28 novembre.
En entrevue à CTV, le ministre Lawrence Cannon a expliqué qu'il souhaitait la mise en place d'un comité international mixte qui superviserait les opérations.
Le ministre canadien des Affaires étrangères a également fait savoir qu'il s'était entretenu avec le président sortant René Préval et son premier ministre Jean-Max Bellerive des préoccupations canadiennes sur des « irrégularités » constatées durant le scrutin.
Les ambassadeurs veulent une vérification des résultats
Les ambassadeurs accrédités en Haïti ont aussi plaidé en faveur d'une vérification des résultats du premier tour de l'élection.
« La communauté internationale encourage le recours à tous les moyens légaux pour engager une procédure électorale crédible afin de garantir que les résultats définitifs reflètent pleinement la volonté des électeurs haïtiens », affirment les ambassadeurs dans un communiqué conjoint.
Les ambassadeurs appuient la création d'une commission spéciale de vérification des résultats. Une réunion doit avoir lieu lundi sur cette question.
Également, le communiqué « exhorte tous les candidats [à] demander à leurs partisans de s'abstenir de recourir à la violence ».
Le document a été signé par les ambassadeurs du Brésil, d'Espagne, des États-Unis, de France, de l'Organisation des États américains (OEA) et de l'Union européenne.
Les résultats préliminaires du premier tour ont donné lieu à de violentes manifestations où plusieurs personnes ont trouvé la mort.
Selon ces résultats, l'ex-première dame Mirlande Manigat et le candidat proche du pouvoir Jude Célestin devront se disputer la magistrature du pays.
Mirlande Manigat et Michel Martelly, arrivé en troisième position, se sont déjà prononcés contre le recomptage des voix décidé par le Conseil électoral provisoire haïtien (CEP).
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2010/12/12/006-haiti-canada-recomptage.shtml

Aucun commentaire: