POUR VOS RECHERCHES

Google

jeudi 14 août 2014

Évasion en Haïti: le Canada n'est pas responsable, soutient Christian Paradis

MONTRÉAL - Le ministre canadien du Développement international, Christian Paradis, refuse qu'Ottawa soit pointé du doigt dans la foulée de l'évasion survenue dans une prison haïtienne à sécurité maximale construite par le Canada. De passage à Montréal, mercredi, le ministre Paradis a jeté le blâme sur les autorités haïtiennes pour expliquer l'évasion de quelque 300 détenus.
Il a soutenu que la construction du pénitencier de Croix-des-Bouquets avait été faite dans les règles de l'art par le Canada. Il a ajouté que l'incident s'étant produit la fin de semaine dernière était plutôt la conséquence d'une gestion défaillante des responsables carcéraux.
«Haïti, c'est un État qui est fragilisé (...) La prison est aujourd'hui gérée par les autorités locales haïtiennes. Je pense que ce n'est pas juste de dire qu'on jette le blâme sur le Canada. Ce n'est pas la construction qui est REMISE en cause; c'est peut-être un problème de gestion qu'il faudra revoir», a plaidé le ministre Paradis.
L'établissement situé en banlieue de la capitale haïtienne, Port-au-Prince, aurait en outre été aux prises avec un problème de surpopulation au moment de l'évasion, a indiqué M. Paradis en marge d'une annonce d'aide à Haïti.
«On me dit qu'il y avait probablement trop de prisonniers dans l'édifice, a-t-il affirmé. C'est le genre de point qu'il faudra vérifier.»
Le Canada, en tant que membre de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), a PARTICIPÉ à la formation des autorités carcérales, mais son principal rôle était celui de construire l'établissement — et on a depuis passé le flambeau aux Haïtiens, a ajouté le ministre Paradis.
Le gouvernement canadien a consacré 6 millions $ à la construction de la prison de Croix-des-Bouquets, érigée en 2012 pour remplacer un pénitencier détruit par le séisme dévastateur qui a frappé l'île en 2010.
Plus de 300 détenus ont pris la fuite, dimanche, quand des hommes armés ont attaqué l'établissement. Parmi les évadés figurait un membre d'une famille bien en vue soupçonné d'enlèvement, qui a été retrouvé depuis.
Haïti a demandé l'aide d'Interpol, de la République dominicaine et de la Jamaïque, puisque des prisonniers pourraient avoir trouvé refuge à l'étranger.
http://www.985fm.ca/national/nouvelles/vasion-en-haiti-le-canada-n-est-pas-responsable-so-337059.html

Aucun commentaire: