POUR VOS RECHERCHES

Google

vendredi 30 août 2013

Martelly rend le CAOSS fonctionnel 30 ans après

Sécurité sociale
Le Nouvelliste | Publi le :29 août 2013
Valéry Daudier vdaudier@lenouvelliste.com
Le président Michel Martelly a donné, ce jeudi, l'investiture aux membres du Conseil supérieur des salaires (CSS) et à ceux du Conseil d'administration des organes de sécurité sociale (CAOSS). Selon le chef de l'Etat, le CAOSS doit pouvoir aider à la stabilité des organismes de sécurité sociale. Avec cette entité, les autorités s'attendent aussi à « une gestion efficace et efficiente des organismes de sécurité sociale pour garantir une retraite équitable aux travailleurs ».
30 ans après le vote de la loi réorganisant le ministère des Affaires sociales et du Travail (MAST) et créant le CAOSS et le CSS, ces entités sont enfin fonctionnelles. En présence du ministre des Affaires sociales et du Travail, de certains membres du gouvernement, de parlementaires, de membres du secteur privé et du secteur syndical, le président de la République a donné l'investiture aux membres de ces deux conseils au cours d'une cérémonie qui s'est déroulée au palais national. « La cérémonie de ce matin marque une étape importante dans l'histoire de la sécurité sociale en Haïti », a déclaré Michel Martelly.
« L'installation du CAOSS et du CSS fait partie des pratiques de bonne gestion instituées pour améliorer la performance des institutions prévues par la loi en vue de consolider notre démocratie, faire vivre les valeurs de la République, garantir la sécurité et la paix à nos concitoyens », a poursuivi le chef de l'Etat.
Selon lui, la réunion des acteurs du monde du travail - patronat et syndicat - dans une structure tripartite afin d'assurer la gestion stratégique de leurs intérêts est une conquête sociale. « Pour que le pays puisse continuer à avancer, il a besoin d'institutions politiques, économiques et sociales fonctionnelles, dirigées par des hommes et des femmes guidés par le sens de l'Etat et de l'intérêt commun », a indiqué le président de la République qui compte sur la responsabilité des membres des nouveaux conseils.
Pour Michel Martelly, qui a félicité le ministre des Affaires sociales et du Travail, Charles Jean-Jacques, pour son leadership, le renforcement de l'organisation du système de sécurité sociale est nécessaire afin d'offrir aux travailleurs des garanties contre les risques de toute nature susceptibles de réduire ou de supprimer leur capacité de gain et de prendre en charge les dépenses de maternité. Avec le CAOSS, l'ONA et l'OFATMA, a-t-il estimé, seront plus aptes à répondre aux besoins des travailleurs en termes de prestation sociale et pourront contribuer davantage à la stabilité et à la cohésion nationale.
« Celui qui travaille aujourd'hui doit cotiser pour soutenir la génération qui s'en va, a soutenu le chef de l'Etat dans son discours. En rendant fonctionnel le CAOSS, je veux réformer et consolider les fondements de notre système de sécurité sociale en garantissant une répartition solidaire entre les générations. Je profite de l'occasion pour rappeler le caractère obligatoire des cotisations aux caisses de la sécurité sociale. »
Si le rôle du Conseil supérieur des salaires est de travailler sur le dossier sensible en Haïti qu'est la fixation des salaires, cependant avec la mise en place du CAOSS, les dirigeants de l'ONA (Office national d'assurance vieillesse) ainsi que ceux de l'OFATMA (Office d'assurance- accidents du travail, maladie et maternité) n'auront plus tous les pouvoirs de décision sur certaines dépenses. Michel Martelly les a d'ailleurs mis en garde. Des mises en garde qui rappellent les accusations de corruption et de gabegie administrative pleuvant sur la direction de l'ONA.
« Je rappelle à tout le monde, notamment aux membres du CAOSS, que l'argent dans les caisses de l'ONA et de l'OFATMA ne sont pas des taxes de l'Etat ; ce n'est pas l'argent du patronat, encore moins des syndicats, a déclaré le président de la République. L'argent appartient aux travailleurs et doit servir les ouvriers. Personne n'a le droit d'utiliser l'argent de ces deux institutions pour gérer ses affaires personnelles. La justice sévira contre tous ceux qui tenteraient de détourner l'argent des travailleurs. »
Les concernés ont certainement pris note.
Valéry Daudier vdaudier@lenouvelliste.com
Les membres du Conseil d'Administration des Organes de Sécurité Sociale (C.A.O.S.S.) sont :
Volmy Desrameaux Fils, Tamara Georges Decastro, Réginald de Delva, (représentants de l'Etat) ;
Nahomme Dorvil, Nathale Hermantin, Gérald Marie Tardieu ( représentants du patronnat) ;
Leonel Pierre, Wisler Romain, Yvane Elie Castera (représentants du salariat).
 Le Conseil supérieur des salaires est composé de :
Marie France H. Mondésir, Renan Hédouville, Daniel Altiné (représentants de l'État) ;
Norma Powell, Jean Dany Pierre François, Réginald Boulos (représentants du patronat) ;
Jean Bonald Golinsky Fatal, Jean Franck Noisimond, Louis Fignolé St Cyr (représentants du salariat).
http://lenouvelliste.com/article4.php?newsid=120645

Aucun commentaire: