POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 12 août 2013

Des fiançailles d'homosexuels perturbées par des violences en Haïti

En Haïti, des dizaines de riverains en colère ont violemment perturbé samedi 10 août au soir les fiançailles d'un couple d'homosexuels célébrées dans une résidence privée sur les hauteurs de la capitale, Port-au-Prince, a-t-on appris de source policière. Plusieurs personnes ont été blessées et deux véhicules incendiés.
 Les manifestants "sont arrivés en lançant des cocktails Molotov et des pierres sur la maison.
La police est [intervenue] juste à temps pour éviter des morts", a déclaré un inspecteur de police. Des vitres de la résidence où la cérémonie se déroulait et des pare-brise de véhicules ont été brisés à coups de pierres. "Les gens voulaient mettre le feu (...), samedi soir et ce dimanche, ils ont tenté de saccager" l'endroit, a ajouté cet inspecteur.
 "UN ACTE CRIMINEL ET HOMOPHOBE" 
 "C'est un acte criminel et homophobe. Rien ne peut justifier que des gens qui se retrouvaient dans une résidence privée soient attaqués. J'espère que la justice réagira contre les auteurs de cet acte", a réagi Charlot Jeudy, responsable de l'organisation de défense des droits des homosexuels Kouraj (en français, Courage).
 Max, l'un des deux fiancés, coopérant anglais de la Croix-Rouge, a déploré de son côté "un événement malheureux". "Mais il n'y a pas eu trop de dommages corporels", a-t-il tempéré, refusant de révéler le nom de son ami haïtien.
"Citer son nom le mettrait en danger. Je peux quitter le pays, lui non."
 Le 19 juillet, des milliers de fidèles d'Eglises protestantes avaient manifesté au rythme de chants religieux dans les rues de Port-au-Prince pour dire leur hostilité à l'homosexualité et à toute idée d'union homosexuelle.
Deux personnes homosexuelles avaient alors été tuées, mais la police n'était pas en mesure alors d'établir un lien direct avec la manifestation.
http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/08/12/des-fiancailles-d-homosexuels-perturbees-par-des-violences-en-haiti_3460142_3222.html

Aucun commentaire: