POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 17 décembre 2012

L’alphabétisation comme moteur de changement.

Édouard Archer
La petite communauté de Labrousse, dans le sud-ouest haïtien, a décidé de prendre son destin en main. Grâce au travail acharné d’une association locale, FODES-5, cet ensemble de villages à flanc de montages est en voie de devenir un modèle de développement pour le pays tout entier. Savoir lire et écrire le créole étant une condition indispensable au développement, une ONG offre l’accès à une éducation de base à tous les adultes qui se trouvent sur son territoire.
C’est la fin de la journée au complexe éducatif de Labrousse, une petite commune située dans les hauteurs du sud-ouest de l’île d’Hispaniola, dominée par les palmiers géants et entourée d’une végétation tropicale luxuriante. Alors que les quelque 700 élèves sont partis depuis déjà plusieurs heures, des voix s’échappent encore de l’une des salles de cours de l’école. Les yeux rivés sur l’écran de télévision, une trentaine de personnes regardent attentivement une scène entre un vendeur et un commerçant qui se déroule en créole dans un marché haïtien. Dans l’assistance, des jeunes dans la vingtaine, mais aussi des hommes et des femmes âgés de 60 ans et plus.
Tous viennent participer, trois jours par semaine, à cet atelier d’alphabétisation organisé par la Fondation pour le développement économique et social (FODES-5). « Les classes sont composées de paysans, de marchands, mais il y aussi beaucoup de jeunes adultes qui ont dû quitter l’école trop jeunes », fait remarquer Marie-Josée Bouchereau, une coopérante fraîchement débarquée de Montréal en septembre dernier. Bien que 82 % des enfants haïtiens sont scolarisés, on estime que seulement 50 % d’entre eux terminent les six ans du cycle primaire. Les frais de scolarisation élevés, la maladie d’un parent et, dans les régions rurales, l’éloignement géographique sont les principales causes de décrochage scolaire.
En cette journée de pluie diluvienne, Mme Bouchereau est venue assister le formateur bénévole de l’association FODES-5, qui vient de recevoir un financement de l’ONG québécoise Développement, Expertise et Solidarité internationale (DÉSI) pour ses activités d’alphabétisation. La Québécoise d’origine haïtienne a ce projet à cœur depuis qu’elle est venue travailler à titre d’infirmière bénévole au centre de santé de Labrousse, situé à quelques mètres de l’école, en 2009. Elle y animait des ateliers en santé maternelle.

Aucun commentaire: