POUR VOS RECHERCHES

Google

jeudi 6 décembre 2012

Haïti à la Conférence de Doha : II fallait agir hier, aujourd'hui il est tard


Allocution de Son Excellence Dr Jean Vilmond Hilaire Ministre de I'Environnement d'Haïti. 

" Depuis quelques années, nous assistons avec impuissance comment notre pays est victime d'évènements climatiques qui annulent nos efforts de développement. A titre d'exemple, l'espérance de croissance pour l'année 2012 était de l'ordre de 7% au début de l'année, les intempéries d'octobre dernier additionnées aux mois de sècheresse nous font croire que notre croissance sera de moins de 2%.

Les désastres naturels à répétition causent des pertes et des préjudices dont les effets sont incalculables. Ils constituent un véritable frein aux efforts de développement que des états comme le notre sont en train de déployer. Nos gouvernements doivent, chaque année consacrer leurs maigres ressources qui devaient aller à des secteurs sociaux comme l'éducation, la sante, le logement, l'eau potable, etc. à panser les plaies causées par ces désastres qui ne sont autres que des conséquences directes du dérèglement climatique. Nous n'avions pas attendu le Cyclone Sandy pour en sentir les pincements. Nous le vivons chaque jour à travers notre incapacité à faire face aux problèmes sociaux et, économiques de nos populations tels l'insécurité alimentaire et le manque d'accès au service de base. Nous vivons aussi à travers notre impatience de voir les promesses et engagements des pays amis se concrétiser, et quand ils se concrétisent les coûts d'opérationnalisation sont si élevés que la partie qui arrive véritablement dans nos communautés n'est que des miettes. "
[COP18-climat] 
Source : ONU 

Aucun commentaire: