POUR VOS RECHERCHES

Google

mardi 4 décembre 2012

Didier Méril, VA cuisiner pour les enfants haitiens


chef du restaurant éponyme.
Pourquoi vous engagez-vous pour Haïti ?
J'ai été sollicité par l'association des Maîtres restaurateurs dont je fais partie. Nous avons décidé d'encourager l'action de « Restaurants sans frontières », une association à caractère humanitaire créée voici cinq ans et parrainée par Michel Boujenah et Thierry Marx.

Quel est le but de l'opération ?
L'association soutient un projet différent chaque année. Cette fois, l'opération vise à construire une cantine pour 50 écoliers, près de Port-au-Prince. La région a été durement éprouvée par le tremblement de terre de 2010 et le récent cyclone Sandy, il y a tout à reconstruire.

Comment se passe votre action ?
Du 1 er au 15 décembre, je reverserai à l'association 0,20 € sur chaque menu payé dans mon restaurant. Comme la saison est un peu creuse, j'ai décidé de la booster un peu pour attirer les clients : pendant la même période, chaque menu payé en chèque déjeuner permettra d'avoir un second menu à moitié prix. Nous reverserons également un prélèvement à l'association.

Êtes-vous souvent sollicité par des associations ?
Oui, surtout par les associations locales et les clubs, et c'est normal. On ne peut pas dire oui à tout le monde, forcément, mais si chacun faisait un petit geste pour l'autre un peu plus souvent, ça irait peut-être mieux.

Votre mobilisation est-elle liée au fait que ce soit pour Haïti ?
Je ne connais pas du tout ce pays. Mais j'ai été touché, comme tout le monde, par les images que j'ai vues à la télévision après le tremblement de terre et le cyclone. Après, honnêtement, que ce soit pour Haïti ou ailleurs, c'est pareil. On m'aurait sollicité pour creuser un puits au Sahel, j'aurais été tout aussi partant.

Qu'est-ce qu'un maître restaurateur ?
C'est un restaurateur qui s'engage à respecter un cahier des charges strict, contrôlé par un audit. Dans le restaurant, au moins 80 % des produits doivent être fabriqués sur place. Nous, c'est 100 %, du pain à la glace, en passant par les nougats. Le personnel employé doit également être diplômé. Le titre est donné pour cinq ans.

Tous les restaurants ne devraient-ils pas suivre ces principes ?
Ce serait l'idéal pour le client. Mais c'est loin d'être le cas : en France, sur 80 000 restaurateurs, seuls 2 000 sont maîtres restaurateurs. Il y a pourtant une carotte importante qui devrait motiver davantage de monde puisque ce titre donne droit à un crédit d'impôt de 30 % sur tous les investissements.

Stéphanie BAZYLAK.
Jusqu'au 15 décembre, midi et soir, au restaurant Didier Méril, 1, place du Général de Gaulle, tél. 02 99 46 95 74.
Recueilli par
http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Didier-Meril-va-cuisiner-pour-les-enfants-d-Haiti-_35093-avd-20121201-64110612_actuLocale.Htm

Aucun commentaire: