POUR VOS RECHERCHES

Google

vendredi 26 octobre 2012

Haïti: le choléra sous contrôle, mais encore 10 ans pour l'éradiquer

L'épidémie de choléra, apparue en Haïti en octobre 2010, est aujourd'hui sous contrôle mais les autorités sanitaires du pays auront certainement besoin d'au moins 10 ans pour éradiquer la maladie.
AFP - L'épidémie de choléra, apparue en Haïti en octobre 2010, est aujourd'hui sous contrôle mais les autorités sanitaires du pays auront certainement besoin d'au moins 10 ans pour éradiquer la maladie.
"Pour le moment nous n'avons pas noté de résurgence de l'épidémie. Nous enregistrons de temps en temps des petites poussées dans certaines régions, mais l'incidence (de la maladie, ndlr) a beaucoup diminué", a déclaré à l'AFP le coordonnateur national du choléra, le docteur Donald François, du ministère de la Santé publique.
Les autorités sanitaires haïtiennes affirment avoir l'épidémie sous contrôle mais pour Médecin sans frontières (MSF) la situation est encore loin d'être satisfaisante.
"La maladie évolue de manière saisonnière en Haïti. Il y a des actions du ministère de la Santé publique, mais elles sont insuffisantes", estime ainsi Joan Arnan, chef de mission de MSF en Haïti.
L'organisation, qui à elle seule a soigné 70% des patients enregistrés à Port-au-Prince, continue de recevoir des malades dans ses centres, 500 personnes cette semaine et 400 la semaine précédente, selon Joan Arnan.
A l'apparition du choléra en Haïti en 2010, près de 150 personnes par jour décédaient dans le département de l'Artibonite (nord). En deux ans, la maladie a touché 685.000 personnes, et fait 7.550 morts.
"Aujourd'hui, nous déplorons moins d'un décès par jour. On a constaté 12 morts en octobre et 933 personnes affectées. Le choléra est donc sous contrôle", soutient le docteur François.
Toutefois, durant la saison des pluies, des dizaines de personnes sont touchées, surtout des agriculteurs qui continuent de boire l'eau polluée des rivières.
"Le ministère de la Santé publique va intensifier la sensibilisation", a promis le docteur François.
100.000 Haïtiens vaccinés
Les campagnes de vaccination semblent cependant porter leurs fruits: en 2012, plus de 100.000 Haïtiens ont reçu deux doses d'un vaccin contre le choléra à Port-au-Prince et dans les régions où l'épidémie avait fait le plus de victimes
"Les résultats de cette expérience pilote sont concluants, mais il faudrait poursuivre la vaccination à l'échelle nationale avec l'aide de nos partenaires de la communauté internationale", aimerait M. François.
S'il est admis par des chercheurs que la souche de la maladie qui a frappé Haïti est d'origine asiatique et qu'elle pourrait avoir été importée du Népal, les autorités haïtiennes évitent de désigner directement les Casques bleus népalais déployés dans la région parmi lesquels la première victime a été enregistrée en octobre 2010.
Invité récemment devant une commission parlementaire, le ministre des Affaires étrangères a ainsi refusé d'accuser l'ONU ou de demander des réparations pour les victimes, comme le souhaitaient certains députés.
"Ce n'est pas un dossier fermé. S'il y a une certitude sur la question alors l'Etat haïtien est disposé à s'asseoir avec l'ONU pour établir les responsabilités et présenter les doléances de la population, mais nous n'en sommes pas encore là", a déclaré à l'AFP le ministre des Affaires étrangères, Pierre-Richard Casimir.
L'ex-président cubain Fidel Castro a estimé récemment dans un article publié à La Havane qu'il était "juste" que l'ONU indemnise à hauteur de 100.000 dollars les familles des victimes du choléra en Haïti, puisque selon lui c'est elle qui a "introduit" la maladie dans ce pays en 2010.
"Il faut que les autorités politiques discutent avec l'ONU, mais il est difficile de réclamer des indemnités, car 80% de l'aide pour combattre le choléra en Haïti vient de la communauté internationale", a confié un médecin haïtien sous couvert d'anonymat.
http://www.france24.com/fr/20121026-haiti-le-cholera-sous-controle-mais-encore-10-ans-leradiquer

Aucun commentaire: