POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 31 octobre 2012

Haïti – Justice : Pas de division sociale ni de polarisation dans l’affaire Clifford Brandt, selon le gouvernement

P-au-P, 30 oct. 2012 [AlterPresse] --- Le conseil supérieur de la police nationale (Cspn) rejette toute « division (sociale) » voire toute « polarisation » dans l’affaire de Clifford Brandt, membre de l’une des familles les plus riches en Haïti et incarcéré, depuis le lundi 22 octobre 2012, sous l’accusation de présumé responsable d’un réseau de kidnappeurs sur le territoire caribéen (cf.http://www.alterpresse.org/spip.php...).
Les textes de loi seront « strictement » mis en application dans le traitement des dossiers de kidnapping, sans la prise en compte des questions « d’appartenance sociale ou économique », annonce le premier ministre Laurent Salvador Lamothe, également président du Cspn, au terme d’une réunion avec tous les autres membres de cette entité.
« Sans préférence pour personne, nous allons appliquer la loi », ajoute le chef du gouvernement, au cours d’une conférence de presse, ce mardi 30 octobre 2012, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.
L’arrestation de l’homme d’affaires Clifford Brandt est « une victoire des forces du bien ». interprète Lamothe qui invite la population à faire preuve de solidarité avec les forces de l’ordre pour combattre les actes criminels, comme l’enlèvement et la séquestration de personnes.
Dans le cadre de l’affaire Clifford Brandt, sont déjà interpellées 9 personnes, dont 4 sont en garde à vue et 5 autres déférées par-devant le cabinet d’instruction.
Quatre (4) policiers nationaux sont mis en isolement.
14 armes à feu (7 armes de guerre et 7 armes de poing) sont saisies ainsi que 3 véhicules et un montant de3,800.00 dollars américains (US $ 1.00 = 43.00 gourdes ; 1euro = 58.00 gourdes aujourd’hui).
Des équipements de police (bottes, képis, maillots) ont été aussi retrouvés dans les maisons perquisitionnées et qui servaient de cachette à ces kidnappeurs.
Les locataires (dont les noms n’ont pas été cités) des maisons, que les kidnappeurs ont utilisées comme lieux de séquestration, seront également mis en examen par les autorités judiciaires.
A côté de Lamothe, ont participé, à la réunion du Cspn du 30 octobre 2012, le ministre de la justice et de la sécurité publique Jean Rénel Sanon, le ministre de la défense Jean Rodolph Joazil, le secrétaire d’État à la sécurité publique Reginald Delva et le directeur général de la police nationale d’Haïti Godson Orélus. [srh rc apr 30/10/2012 17:50]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article13618

Aucun commentaire: