POUR VOS RECHERCHES

Google

jeudi 9 août 2012

UN HISTORIEN HAITIEN DEMANDE DE LIBERER (OUVRIR) LA FRONTIERE

SANTIAGO -. Un sociologue haïtien et historien basé au Canada a déclaré ici que le moyen le plus efficace pour contrôler la migration massive des Haïtiens vers la République dominicaine et de prévenir d'autres problèmes qui ont traditionnellement existé sur l'île est d'ouvrir la frontière à la libre circulation. Paul Joseph Baptiste dit que la plupart des haïtiens ont pris conscience de cette réalité, mais de nombreux Dominicains "ne veulent pas comprendre que dans une économie mondiale couplée à une révolution technologique, les frontières sont un mythe et souvent une blague." Joseph, qui était accompagné par le sociologue dominicain Andrew Paulino et du professeur mexicain Carlos Villa, a appelé les Dominicains à ne pas avoir peur du projet de frontières ouvertes , parce que dans le court, moyen et le long terme, pour des besoins de terres, de fraternité et une meilleure qualité de vie des deux peuples, ceci aura à se matérialiser. Il a indiqué dans les instances internationales concernées, en particulier en Europe, en Afrique et en Amérique, quand on souligne la division territoriale de l'île de Santo Domingo, maintenant connu sous le nom Hispaniola, on arrive à la conclusion qu’il n'est pas possible qu’un territoire de 70 kilomètres carrés soit partagé par deux pays avec une population combinée d'environ 20 millions d'habitants. «A mes frères dominicains je leur dis de ne pas craindre l'initiative de la frontière ouverte, parce arrivé à mi-chemin l'âne ne sait pas lequel des deux côtés de la charge pèse le plus," a-t-il dit. Selon lui, la surveillance à la frontière qui sépare «les deux côtés de l'île" a été un échec, parce que ceux qui vivent dans l'Ouest continuent de traverser en masse vers l'Est et cette tendance va continuer à augmenter dans la mesure où il y a il beaucoup de différences sociale et économique entre les personnes vivant en Haïti et en République dominicaine. Les Haïtiens et les Dominicains ne sont pas coupables des différences dans le passé maintenues par les grandes puissances qui voulaient s'emparer des îles et archipels des Caraïbes, raison pour laquelle il a insisté, pour dire que vivre en harmonie et sur une seule île est le meilleur moyen de résoudre les problèmes dans les deux pays. Joseph manifesta que le traité de Bâle signé entre la France et l'Espagne, en 1795, détermina que ce dernier cédât la partie occidentale de l'île, désormais connu sous le nom d'Haïti. Il a souligné que le Premier Janvier, 1804, Haïti est devenu le premier pays de l'hémisphère à proclamer son indépendance après qu'il ait commencé en 1791 une révolution contre le colonialisme français et proclamé après la République d'Haïti. L’Historien haïtien a rappelé que, en 1822, Haïti pour des raisons de sécurité pour les citoyens des deux côtés de l'île de Santo Domingo, occupa ce qu'on appelle aujourd'hui la République dominicaine ce qui a généré un grand mouvement révolutionnaire civique qui a forcé le retrait des troupes d'invasion de son pays, et a permis la proclamation le 27 Février 1844, de l'indépendance dominicaine. Il a dit aussi qu'il existe des secteurs de la vie dominicaine qui déforment l'histoire et la réalité de l'occupation haïtienne de l'ouest de l'île, parce que la seule intention était de la protéger des puissances ennemies de l’Espagne qui voulaient s’emparer de cette partie et ensuite faire la même chose avec Haïti. http://www.almomento.net/articulo/115510/Historiador-haitiano-pide-liberar-frontera

Aucun commentaire: