POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 9 avril 2012

A Halifax, le Titanic reste insubmersible et fascine les touristes


Halifax - Expositions, prières, spectacles et même pièce de théâtre sur "l'unique Noir" à bord: cent ans après, le drame du Titanic anime le tourisme et la vie culturelle dans le port canadien d'Halifax, où reposent toujours 150 victimes.
Le drapeau de la White Star Line, l'armateur du paquebot, flotte dans les rues de la grande ville, la plus proche du lieu de la catastrophe du 14 Avril 1912. Au restaurant "Five Fishermen", on offre pour 46 dollars un menu Titanic "inspiré par celui offert le jour du naufrage aux passagers de la première classe", avec des huîtres à la russe à la vodka et au raifort.
Le Titanic est partout. Ses maquettes et ses photos ornent les vitrines des magasins. Au théâtre, on peut voir une pièce consacrée à "l'unique Noir du Titanic", l'ingénieur haïtien Joseph Laroche, et dénonçant le racisme de l'époque. Un chauffeur de taxi évoque spontanément sa grand-mère qui avait vu les cercueils débarqués dans le port par les sauveteurs arrivés trop tard pour trouver des survivants. "Maintenant, je le raconte à mes petits-enfants", dit Bruce Blandin.
Artistes, scientifiques, autorités et musées de Halifax se préparent à commémorer solennellement la grande catastrophe.  Le 14 avril, les Haligoniens seront invités à un rassemblement, une procession aux chandelles derrière une charrette portant un cercueil, et feront une minute de silence, symbolisant l'interruption finale des SOS émis par le paquebot en détresse. Le 15 suivra une cérémonie oecuménique, réunissant chrétiens, musulmans et juifs.
Dans la nuit du 14 au 15 Avril 1912, les quelque 700 survivants du naufrage ont été recuellis par le paquebot britannique Carpathia, qui les a acheminés à New York, destination du Titanic. Mais c'est depuis Halifax que sont partis les vaisseaux, dont deux câbliers, chargés de repêcher les dépouilles, avec à leur bord fossoyeurs, embaumeurs et cercueils, rappelle Garry Shutlak, un des responsables des Archives de la province de Nouvelle-Ecosse.
Mémoire vivante de l'histoire du Titanic et conférencier très demandé, M. Shutlak peut donner des précisions sur le menu casher offert aux passagers de 3e classe ou sur le nombre considérable de voyageurs de nationalité syrienne.

Aucun commentaire: