POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 26 mars 2012

Reconstruction en Haïti: l'ONU demande de reformer le comité de reconstruction

Associated Press, Port-au-Prince, Haïti
Une représentante de l'ONU exhorte les autorités haïtiennes à reconstituer un groupe d'experts dont le mandat était de coordonner les efforts de reconstruction à la suite du séisme de janvier 2010.
Selon Helen Clark, qui oeuvre au sein du programme des Nations unies pour le développement (PNUD), l'absence de ce comité empêche le nettoyage des débris, la mise en chantier de maisons et d'autres tentatives de reconstruction.
Le groupe de spécialistes a été dissout en octobre, les législateurs ayant échoué à renouveler son mandat. L'un de ses anciens coprésidents était l'ex-président américain Bill Clinton, qui est l'envoyé spécial des Nations unies pour Haïti.
Les travaux de reconstruction majeurs ont été freinés par l'absence d'un premier ministre. Le premier ministre Garry Conille a présenté sa démission la mois dernier en raison des conflits qui l'opposaient au président Michel Martelly.
Helen Clark a fait cette déclaration samedi, à la fin d'une visite de quatre jours en Haïti.
http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-latine/201203/24/01-4509098-reconstruction-en-haiti-lonu-demande-de-reformer-le-comite-de-reconstruction.php
Commentaires:
Des déclarations pour des dupes!
Les membres de la Communauté internationale qui gère la tutelle extraofficielle posée sur les épaules d'Haïti ont ma manie des déclarations vidées de sens, faites pour épater la galerie.
Avec une langue fourchue, ils accomodent leurs discours au contexte de façon à pouvoir retomber comme les chats sur leurs pattes.
En fait le retard dans la reconstruction du pays trouve des raisons avec une base contextuelle très large. A un moment donné ce fut les élections présidentielles; puis l'absence de gouvernement lors de démêlées entre lespouvoirs exécutif et législatif; une cause qui est revenue ces derniers temps c'est l'absence de gouvernement après la démissionde Gary Conille.
Cependant entre ces mini crises, séparées de quelques moments de pseudo stabilité, la reconstruction ne démarrait pas. La cause: les sommes promises n'ont pas été débloquées ou versées.
Comment peut-on oser parler de travaux de reconstrcution majeurs, si même le déblaiement n'a pas été intensifié?
C'est à mourir de rire

Aucun commentaire: