POUR VOS RECHERCHES

Google

mardi 30 août 2011

RETRO-INFO: MARIO DUPUY, ARISTIDE, AMIOT METAYER

Haïti : le scandale de trop ?

P-au-P., 25 sept. 03 [AlterPresse] --- Voici le transcrit d’un témoignage de Jules André, membre de « l’armée cannibale », diffusé le 24 septembre en cours par la station privée Radio Caraibes à Port-au-Prince, deux jours après l’annonce du meurtre de Amiot Métayer, chef de « l’armée cannibale » et fervent partisan du président Jean Bertrand Aristide. Traduit du Créole :
« Moi j’étais au courant. J’étais là lorsque Odonel Paul est venu chez Amiot Métayer (21 septembre), sur le balcon, et a dit à Amiot Métayer qu’il (Odonel Paul) était de passage sortant de Port-au-Prince et se rendant au Cap-Haitien, que sa voiture avait heurté un pieu, qu’elle était en réparation et c’est pourquoi il est venu en taxi voir Amiot Métayer.
A partir de là , ils échangeaient entre eux. Il (Odonel Paul) reprochait à Amiot Métayer de ne lui avoir pas fait bénéficier du poste de Délégué Départemental. Il a dit à Amiot Métayer que beaucoup de ceux qui font semblant de lutter à ses cotés ne sont pas véritablement ses amis. C’est-à -dire qu’il (Odonel Paul) a apporté une preuve de ses convictions.
Vers midi et demi, il est parti avec Amiot Métayer dans la voiture de ce dernier. Vers une heure (PM) ils sont sortis à nouveau. Je n’ai pas su ou ils étaient allés.
Il a repris la même discussion avec Amiot Métayer. Au cours de la même journée, vers 5 heures (PM), Odonel Paul est parti à nouveau avec Amiot Métayer et un autre proche de celui-ci nommé Ti Milice. A la grand’rue des Gonaives, Ti Milice est revenu, lui qui nous a informé que Odonel l’a fait descendre de la voiture en disant qu’il (Odonel Paul) allait régler quelque chose avec Amiot.
Vers 7 heures et demi (du soir) Amiot Métayer est revenu seul et a déclaré : messieurs je suis en train de régler quelque chose avec Odonel et je suis venu me changer. Il portait des Batas (sandales) et les a changées pour des chaussures tennis. Il a gardé son pantalon court et une chemisette. Il a seulement fait des changements au niveau de ce qu’il portait aux pieds (Â…).
Depuis lors, la nouvelle qu’on a reçue est celle de l’assassinat de Amiot Métayer.
Nous avons mené une enquête dimanche matin (22 septembre) - étant donné que nous savons que Amiot Métayer n’a pas l’habitude de passer la nuit dehors, de passer tout ce temps dehors. Un de mes amis nommé Dieujuste Janvier (?), qui est proche de Amiot Métayer, m’a rencontré et m’a dit qu’il allait s’informer auprès d’un de ses propres amis travaillant au palais national. Il m’a dit qu’il allait appeler (téléphoner) son ami pour savoir si Odonel est à Port-au-Prince.
Cet ami, Dieujuste, a appelé la camarade du palais national et lui a demandé : as-tu entrevu Odonel ? Il (Dieujuste) investiguait sans que la personne ne se rende compte. Au même moment, la dame a répondu : Odonel était tout à l’heure avec moi au palais national. Ceci s’est passé dimanche matin. Odonel était au palais national.
Je reviens sur ces faits, parce que Mario Dupuy (Secrétaire d’Etat à la Communication) a dit que Odonel n’est pas rentré au palais national depuis le départ du président (René) Préval. Cela nous a fait mal d’entendre Mario Dupuy mentir ainsi. Je traite Mario Dupuy de menteur.
Odonel a passé toute la journée de lundi au palais national, suite à l’assassinat de Amiot Métayer. Nous sommes clairs sur cette information : Odonel a passé sa journée au palais national de 10 heures (AM) à 3 heures de l’après-midi, quand il est sorti (du palais). Laissant le palais national, il est monté dans une Isuzu Trooper (de couleur) crème a barre blanche.
Quand il (Odonel Paul) était aux Gonaives, cette Isuzu Trooper portait une ancienne plaque d’immatriculation. Lorsqu’il est arrivé à Port-au-Prince il a mis une plaque officielle (sur le véhicule).
Actuellement (24 septembre), Odonel circule à Port-au-Prince dans cette Isuzu Trooper avec une plaque officielle.
Moi je suis étonné également lorsque Dismy César (membre du cabinet particulier du Chef de l’Etat) accuse les ennemis du pouvoir, en disant que ce sont eux qui ont assassiné Amiot Métayer. Nous disons que c’est faux. Nous dénonçons ce mensonge. Donc, Amiot Métayer a été assassiné par le pouvoir.
Nous disons à Mario Dupuy que nous le considérons comme une cassette de Aristide. Aristide lui prépare la cassette qu’il (Mario Dupuy) fait tourner. Nous le comprenons. Cela fait longtemps que nous ne pouvions prouver à Mario Dupuy qu’il est une cassette du pouvoir. Aujourd’hui nous sommes victimes et nous disons qu’il est une cassette. Il est un bébé programmé. Il répète ce que Aristide lui a demandé de déclarer.
Nous, nous n’allons pas nous laisser dévier par Mario Dupuy et Dismy César. Ce sont les messieurs qui ont fait couler notre sang.
Seulement, nous disons à Mario Dupuy, si Aristide a tué Jean Dominique (directeur de Radio Haïti Inter, tué en avril 2000) - nous savons que c’est cette dénonciation qui a causé la mort de Amiot MétayerÂ… C’est parce que Amiot Métayer avait appelé à la mobilisation en haut et en bas le 17 décembre (2001) qu’il est mortÂ… Amiot Métayer est mort aussi parce que c’est un point fort de la résolution 822 (de l’Organisation des Etats Américains - OEA) que Aristide croit qu’il va résoudre.
Aristide a tué Amiot Métayer pour pouvoir réaliser des élections. Eh bien, nous, nous nous mettons en croix. Nous disons : pas d’élections. Nous disons : départ de Aristide.
Nous considérons la mort de Amiot Métayer comme un point fort pour le départ de Aristide, de la même manière que notre sang avait coulé en 1994 pour réaliser le retour de Aristide. Telle est notre position aujourd’hui ».
Fin du transcrit. [gp apr 25/09/2003 15:00]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article740

Aucun commentaire: