POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 4 mai 2011

Leonel Fernàndez défend sa politique migratoire vis-à-vis d’Haïti

Dans sa "souveraineté nationale", la République Dominicaine a le droit d’expulser les étrangers et ne peut pas porter le fardeau de la pauvreté haïtienne, a lâché le Président dominicain en marge d’une visite au Brésil Le Président dominicain, Leonel Fernàndez, a avancé lors de son récent passage à Rio de Janeiro des raisons de "souveraineté nationale" pour justifier la politique de rapatriement systématique et arbitraire des sans-papiers haïtiens mise en place par son pays.
"Tous les jours, des dominicains sont rapatriés de Porto Rico et des Etats-Unis. C’est un phénomène qui se produit à l’échelle planétaire. Aucun pays ne peut faire face à l’immigration massive", a déclaré dans une entrevue à l’AFP publiée mardi le chef de l’Etat qui participait, la semaine dernière au Brésil, à un forum économique.
Revendiquant le droit des Etats de gérer en fonction de leurs intérêts la présence des étrangers sur leur territoire, Fernàndez rappelle que pour contenir le flux migratoire des illégaux mexicains l’administration américaine a fait ériger un mur à la frontière américano-mexicaine.
"Le rapatriement est un sujet dont on parle tous les jours dans différentes régions du monde. La République Dominicaine se trouve dans l’obligation de le placer dans le cadre de l’exercice de sa souveraineté nationale comme cela arrive partout", a poursuivi le dirigeant dominicain.
Il a enfin indiqué que son pays ne pourrait jamais "prendre en charge la pauvreté existant en Haïti" parce qu’il serait condamné à connaître le même sort.
La question migratoire demeure historiquement l’une des thématiques les plus sensibles dans les relations haïtiano-dominicaines en raison de la présence, depuis des décennies et dans des conditions de marginalisation sociale, d’une forte communauté haïtienne en territoire voisin. spp/Radio Kiskeya
http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article7725

Aucun commentaire: