POUR VOS RECHERCHES

Google

samedi 4 décembre 2010

Côte d'Ivoire : Gbagbo et Ouattara ont prêté serment

Par lefigaro.fr 04/12/2010
Laurent Gbagbo, lors de la cérémonie d'investiture, samedi.
Laurent Gbagbo, lors de la cérémonie d'investiture, samedi.
Crédits photo : SEYLLOU/AFP
Le président sortant a été investi samedi à la tête de la Côte d'Ivoire, à l'issue d'une victoire électorale contestée par la communauté internationale. Mais Alassane Ouattara, fort du soutien du premier ministre Guillaume Soro, a lui aussi prêté serment par écrit.
Situation ubuesque en Côte d'Ivoire. Samedi, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara ont tous les deux prêté serment en tant que président auprès du Conseil constitutionnel.
Au pouvoir depuis 2000, Gbagbo a officiellement été investi samedi président de la République de Côte
d'Ivoire, en dépit des protestations internationales.
La cérémonie d'investiture a été retransmise en direct à la télévision nationale (RTI) après que le chef d'état-major des armées, le général Philippe Mangou, eut renouvelé la veille au soir son allégeance envers Laurent Gbagbo.
«Devant le peuple souverain de Côte d'Ivoire, je jure solennellement et sur l'honneur de respecter et de défendre fidèlement la Constitution, de protéger les droits et libertés des citoyens, de remplir consciencieusement les devoirs de ma charge dans l'intérêt supérieur de la Nation», a-t-il ainsi déclaré en prêtant serment au palais présidentiel à Abidjan. «Que le peuple me retire sa confiance et que je subisse la rigueur des lois si je trahis mon serment», a-t-il ajouté devant une très nombreuse assistance.
Balayant du revers de la main les désaveux de la communauté internationale, et notamment du représentant de l'Onu, il a ajouté: «J'ai observé quelques exemples graves d'ingérence. Nous n'avons demandé à personne de venir gérer notre pays. Notre souveraineté est quelque chose que je vais défendre».
Guillaume Soro s'en remet à Ouattara
De son côté, Alassane Ouattara, alias «ADO», qui a reçu le soutien et les félicitations des Nations unies et de pays comme les Etats-Unis et la France, a obtenu l'appui celui du premier ministre de Laurent Gbagbo, Guillaume Soro. L'ancien chef politique des ex-rebelles du Nord a remis sa démission à Alassane Ouattara, qui l'a reconduit dans ses fonctions. Autre soutien de poids pour Ouattara : le Conseil de Paix et de Sécurité de l'Union africaine, qui a pris position samedi soir en sa faveur, en affirmant «rejeter toute tentative visant à créer un fait accompli».
Alassane Ouattara a prêté serment «en qualité de président de la République de Côte d'Ivoire» par un courrier au Conseil constitutionnel. Par courrier adressé hier au président du Conseil constitutionnel Paul Yao N'dré et déposé «samedi matin», selon son entourage, «ADO» adresse sa «prestation de serment» manuscrite de président. «Les circonstances exceptionnelles que vit la Côte d'Ivoire en ce moment ne me permettent pas de prêter serment en personne devant le Conseil constitutionnel», dit-il pour expliquer l'envoi de ce «serment écrit».
«La Côte d'Ivoire est maintenant en de bonnes mains» et «sera désormais en paix», a ajouté Alassane Ouattara, prenant «l'engagement de faire en sorte que tous les Ivoiriens soient protégés sur l'ensemble du territoire».Il a adressé une copie de cet «acte de prestation de serment en qualité de président de la République de Côte d'Ivoire» au représentant de l'ONU dans le pays, Youn-jin Choi, qui avait validé sa victoire à la présidentielle.
L'élection de Laurent Gbagbo a été rejetée par les Nations unies, les Etats-Unis, l'Union européenne et la France, qui ont reconnu vainqueur son rival Alassane Ouattara. Le Conseil constitutionnel avait proclamé vendredi le président sortant vainqueur de la présidentielle du 28 novembre, invalidant les résultats de la commission électorale qui donnaient Alassane Ouattara en tête.
Cette investiture s'est déroulée dans un climat de violences à Abidjan, marquées par au moins deux morts dans la nuit et des protestations de jeunes opposants dans les rues.
http://www.lefigaro.fr/international/2010/12/04/01003-20101204ARTFIG00450-cote-d-ivoire-laurent-gbagbo-a-prete-serment.php
COMMENTAIRES:
Oups! I did it again!
Je me suis trompé. Cette dépêche n'a sans doute rien à voir avec Haïti et les haïtiens. Mais drôle de coincidence. Haïti et la Côte d'Ivoire ont organisé des élections le même jour. En Haïti aussi il y a eu des fraudes et des allégations de fraudes. Ainsi je me suis donc posé la question à savoir qu'est ce qui avait de commun entre la Côte d'Ivoire et Haïti?
Une autre question est de se demander pourquoi les chefs d'états africains sont-ils tellement attachés au pouvoir? n attachement qui les rend cons et aveugles.

Aucun commentaire: