POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 27 août 2014

LE FOOTBALL HAÏTIEN RESPIRE PAR LES FEMMES…

Il est difficile de trouver une activité dépendant d’une instance étatique qui ne soit pas souvent en crise en Haïti. A l’image du pays lui-même.
Le football ce sport adulé par les haïtiens ne constitue pas l’exception qui confirmerait la règle.
La ferveur de la dernière coupe du monde n’a pas pu être mise à profit comme ligand pour que tous les secteurs posent symboliquement la première pierre pour asseoir les bases pour faire avancer cette discipline sportive.
La fédération Haïtienne de Football est en conflit sournois avec l’exécutif. La presse a fait écho (déformé) d’un ordre express que le Président de al République aurait intimé au ministre des sports lui disant « de ne pas mettre un sous dans le football haïtien » (tant que l’ordre ne sera pas revenu dans cette fédération).
Je ne suis pas assez intéressé à ce débat pour fouiller et trouver les détails de ce conflit qui semble toucher le sport – roi dans le pays. Mais sachant que les instances officielles du football appuient toujours les fédérations au détriment des secteurs officiels de façon à conserver l’autonomie indispensable pour gérer ce monde qui brasse des sommes énormes, je ne suis pas étonné de voir un président de la fédération se comportant en chef face au secteur officiel sans compromis et surtout sans inflexion.
En attendant la grande perdante c’est bien le sport en lui-même avec une sélection haïtienne qui perd des places dans le classement fifa.
Une sélection haïtienne qui ne reçoit aucune invitation à participer dans la manne qu’a représentée la période de préparation avant le coupe du monde. Malgré la présence d’un entraîneur français nommé à la tête de la sélection, Haïti a été absente de la fête qui a précédé la coupe du monde Brésil 2014. Je ne vais pas me lancer dans une analyse de la situation du football en Haïti mais le palmarès des dernières années nous en disent assez long. Dans les compétitions officielles les grenadiers n’arrivent pas à traverser l’écueil des sélections de la zone des Antilles. Les confrontations contre ces sélections dans le temps avaient surtout l’allure de formalités.
La dernière prouesse d’Haïti dans le monde du football a été cette qualification inattendue des U17 à la Coupe du monde de 2011. Là encore il n’y a pas eu de déclic ni de point de départ dans l’esprit d’une continuité.
En recherchant des nouvelles sur Haïti je suis tombé sur les informations retraçant les performances des sélections féminines U15 et Seniors dans des compétitions organisées dans al région ces derniers temps.
En effet les fillettes U15 on participé au premier tournoi de la catégorie de la Concacaf et les haïtiennes ont eu une brillante participation avec une deuxième place après une séance de tirs au but face à la sélection canadienne.
Les deux meilleures sélections de la zone s’étaient retrouvées dans le même groupe et n’avait pas pu se départager.
La même situation se présenta lors de la rencontre finale sous le score de un but partout justifiant la séance de tirs au but qui finit par donner la victoire aux filles canadiennes.
Cette deuxième place n’est qualificative à rien mais elle permet de savoir ce que nous représentons dans cette catégorie.
La logique voudrait que l’on s’appuie sur ce qui existe et qui fonctionne pour l’améliorer dans une quête normale de l’excellence. Mais cela ne se passe pas toujours ainsi chez nous. Malheureusement l’avenir sera là pour nous donner raison.
La sélection féminine vient de terminer un tour des éliminatoires de la coupe du monde 2015 qui aura lieu au canada en se classant troisième derrière le Trinidad Tobago et la Jamaïque a près avoir écrasé 5-1 les martiniquaises.
Les haïtiennes rejoindront ainsi les qualifiées de l’Amérique du Nord (Mexique et USA, de l’Amérique centrale dans un tournoi final qui enverra directement les trois premières au Canada et la sélection classée quatrième jouera sa place dans un match de barrage.
C’est sans doute une excellente performance qui permettra aux haïtiennes de se jauger par rapport aux meilleures équipes nationales de la région. Encore une fois sans la continuité dans les projets les progrès ne se verront jamais.
Nous espérons que les instances concernées comprendront la situation et sauront s’arranger pour appliquer les bonnes solutions.
Le football haïtien semble respirer par les poumons de nos filles !
Un vrai bol d'air frais en effet !
Une situation à encourager !

Aucun commentaire: