POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 19 décembre 2012

Le gouvernement haïtien et la communauté́ humanitaire lancent le plan d’action humanitaire 2013


Port-au-Prince, 18 décembre 2013. Le gouvernement haïtien et la communauté́ humanitaire ont lancé ce mardi, le Plan d’action humanitaire (PAH) pour répondre aux besoins humanitaires critiques non couverts de plus d’un million de personnes identifiés comme étant les plus vulnérables.
Tout en reconnaissant les progrès réalisés dans le pays au cours des dernières années, le PAH 2013 identifie un certain nombre de besoins humanitaires résiduels qui doivent être adressés. Il s’agit notamment des préoccupations croissantes au sujet de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle; de la persistance des flambées de choléra localisées et la situation des familles déplacées dans les camps.
« Notre pays s’est relevé de manière remarquable de la tragédie de 2010. Merci à la force et l’engagement de notre population et à l’appui des partenaires humanitaires, plus de 77% des personnes déplacées ont pu quitter les camps et commencer à mener une vie normale. Nous avons également réussi à enrayer la propagation du choléra et minimiser ses effets sur la vie de la population. Haïti poursuit donc son chemin vers le développement durable. Pourtant, nous reconnaissons que des millions de personnes les plus vulnérables, notamment les femmes et les enfants font face à des besoins critiques vitaux. Nous devons adresser ces besoins», a déclaré Rose-Anne Auguste, ministre déléguée au près du Premier ministre chargée des Droits humains et de la lutte contre la Pauvreté.
Environ 2 millions de personnes vivent actuellement en insécurité alimentaire. La vie des populations les plus vulnérables – les femmes, les enfants, les mères allaitantes – est menacée si elles ne sont pas assistées. En outre, la recrudescence de l’épidémie de choléra dans des régions éloignées qui pourrait affecter environ 118.000 personnes en 2013 préoccupe le gouvernement haïtien et la communauté humanitaire. Les 358.000 personnes qui vivent encore dans des camps confrontés à une détérioration des conditions de leurs vies sont encore en attente d’une assistance humanitaire.
«Les autorités nationales et les acteurs humanitaires ont travaillé sans relâche au cours des trois dernières années pour aider le gouvernement haïtien à répondre aux besoins fondamentaux des populations les plus vulnérables. Ensemble, nous avons parcouru un long chemin et avons fait des progrès significatifs. Toutefois, ces progrès sont toujours associés à des nouveaux défis. La sécheresse, la tempête Isaac et l’ouragan Sandy ont laissé des millions de personnes à travers le pays avec moins de nourriture, moins d’emplois et moins de terres pour travailler. Nous devons les aider à se rétablir. Si nous n’agissons pas, une grande partie de ce qui a été accompli à ce jour peut être perdu et beaucoup d’innocents en souffriront », a déclaré M. Nigel Fisher, coordonnateur de l’action humanitaire en Haiti.
Le PAH 2013 propose un paquet minimum d’activités pour répondre à ces priorités. 144 millions de dollars USD sont nécessaires pour la mise en œuvre de ce cadre d’actions stratégiques visant à assister plus d’un million de persones et adresser particulièrement le problème de l’insécurité alimentaire.
L’écart de financement entre les besoins humanitaires et l’aide des donateurs n’a cessé de croître. En 2012, seulement 42% des besoins les plus urgents de financement ont été pris en compte. Le PAH 2013 a été conçu pour se concentrer sur les besoins les plus critiques. Les coûts sont établis pour refléter le minimum que nous devons utiliser pour venir en aide aux plus démunis, et en complément des initiatives visant le développement à long terme en cours.
«Aujourd’hui, nous lançons conjointement ce cadre d’actions stratégique pour adresser rapidement et efficacement les besoins des couches les plus vulnérables en 2013. Nous appelons les partenaires humanitaires à maintenir leur appui à Haïti et à son peuple. Un désengagement prématuré en termes de financement de l’action humanitaire en Haiti en 2013 mettera en péril les resultats atteints comme par exemple les mécanismes de reponse aux urgences déjà mis en place et pourrait aggraver les crises actuelles », a conclu M. Fisher
Pour plus d’informations, veuillez contacter:
George Ngwa Anuongong, Chef, Section communication, Tél. (509) 3702 5192, E-mail: ngwaanuongong@un.org
Gary Bodeau, conseiller en communication (Bureau du premier ministre), Tél. (509) 4411 1111, E-mail : garybodeau@hotmail.com
Les bulletins humanitaires d’OCHA sont disponibles sur www.haiti.humanitarian.info
www.unocha.org
www.reliefweb.int
http://minustah.org/?p=39351

Aucun commentaire: