POUR VOS RECHERCHES

Google

vendredi 8 juin 2012

Haïti-Ressources minières : A qui profiteront les milliards du sous-sol haïtien ? (I)

P-au-P, 5 juin 2012 [AlterPresse] --- Haïti connait une ruée vers l’or. Or, les reportages dans certains médias haïtiens ou étrangers, ainsi que certaines déclarations d’entreprises minières et de politiciens haïtiens ont induit le public en erreur, révèle une nouvelle enquête d’Ayiti Kale Je (Akj).
La ruée vers l’or, qui se dessine peu à peu depuis quelques années en Haïti, promet de rapporter des bénéfices de quelque 20 milliards de dollars américains (US $ 1.00 = 43.00 gourdes ; 1 euro = 58.00 gourdes aujourd’hui).
Mais, où cet argent ira-t-il ? À qui profitera-t-il ? Et à quel coût ?
Au cours d’une enquête, qui a duré dix mois, une équipe d’étudiantes et d’étudiants, de journalistes et de membres d’une radio communautaire, a fait des découvertes surprenantes :
• Près de 3,885 kilomètres carrés de territoire haïtien, soit 15 pour cent de tout le pays, sont déjà sous une licence de recherche, d’exploration ou d’exploitation, ou sont soumis à une convention contrôlée par des firmes américaines et canadiennes ;
• À elle seule, l’Eurasian Minerals, une des firmes en question, a prélevé 44,000 échantillons ;
• La Newmont Mining, deuxième productrice d’or au monde et qui exploite la plus grande mine en Amérique, a largement investi auprès d’Eurasian. Elle envisage la possibilité d’exploiter au moins cinq sites miniers ;
• L’ancien ministre haïtien de l’économie et des finances (Mef), Ronald Baudin, travaille aujourd’hui comme consultant pour la compagnie minière Newmont ;;
• Deux ministres haïtiens ont récemment signé avec Newmont et Eurasian un « protocole d’entente », selon lequel – et en violation de la loi haïtienne – les compagnies peuvent commencer le forage dans un des sites en exploration. Or, la loi haïtienne stipule qu’aucun forage ne peut être entrepris sans une convention minière ;
• Équipée de quelques géologues et d’une poignée de véhicules, l’agence d’État, en l’occurrence le bureau des mines et de l’énergie (Bme), n’a pas les moyens de superviser les opérations de forage et de recherche, en cours au Nord du pays ;
• Personne ne semble enclin à parler, aux communautés, de ce qui se passe dans le Nord et des ententes conclues derrière des portes closes.
Ruée vers l’or, d’un pays vers sa perte
Haïti est peut-être le « pays le plus pauvre des Amériques », mais cette nation est également assise sur une mine d’or.
Le nouveau premier ministre Laurent Salvador Lamothe dit miser sur les richesses qui se trouvent dans les montagnes du Nord d’Haïti, pour sortir le pays de la pauvreté.
Mais, si le passé est garant de l’avenir, l’exploitation de l’or, de l’argent et du cuivre, cachés dans les montagnes, profitera principalement aux actionnaires étrangers, tout en défigurant un paysage déjà dénudé et fragile.
Haïti a peut-être quelque chose à gagner, mais elle a également beaucoup à perdre.
Alors qu’une poignée de cultivateurs gagnent cinq dollars américains par jour à construire des chemins miniers, et pendant que les journalistes parlent d’un ou deux sites de forage, une entreprise canadienne, Eurasian Minerals, accapare, discrètement et minutieusement, les permis d’exploration – 53 pour être précis – et conclut des ententes secrètes, vraisemblablement avec l’aide d’un ancien ministre de haut rang, aujourd’hui stipendié.
L’aubaine est si belle, pour les compagnies minières et tellement néfaste pour Haïti, que le directeur de l’agence nationale - responsable des mines -les a récemment dénoncées lors d’une entrevue exclusive avec Ayiti Kale Je (AKJ), appelant son gouvernement à rectifier le tir :
« Je leur ai dit de laisser les minerais sous terre, les générations futures pourront les exploiter ».
« Les mines font partie du patrimoine national [...] Elles appartiennent à la population, elles n’appartiennent pas aux gens au pouvoir, même pas au propriétaire du terrain », ajoute l’ingénieur géologue Dieuseul Anglade, alors directeur du bureau des mines et de l’énergie (Bme).
Eurasian et son entreprise associée, Newmont Mining, deuxième productrice aurifère mondiale, forent illégalement, de connivence avec certains membres du gouvernement, dans le secteur de Lamielle, dans le Nord-Est du pays.
La loi haïtienne diffère de celle de nombre d’autres pays. Elle est nettement plus bureaucratique, mais elle prévoit également, au prime abord, un minimum de protection. Pour pouvoir forer – même à des fins d’exploration –, les entreprises doivent obtenir une convention d’exploitation minière, signée par le premier ministre et l’ensemble des ministres. Cette convention établit les modalités pour toute exploitation minière.
Eurasian et Newmont attendent actuellement l’approbation finale d’une convention couvrant un vaste territoire, soit environ 1,350 kilomètres carrés.
Toutefois, la convention n’a pas encore été signée, en partie parce que, pendant le plus clair des 12 derniers mois (mai 2011 - mai 2012), Haïti n’avait pas de premier ministre.
Les richesses d’Haïti secrètement liquidées ?
« Nous sommes prêts à forer », déclarait Daven Mashburn de Newmont Mining, vers la fin de 2011, en parlant de Lamielle.
« Puisque le gouvernement d’Haïti s’en fout […], il nous est impossible de mettre en œuvre nos concessions. Cela signifie que les gens ne peuvent trouver d’emplois ».
Pourtant, le gouvernement est loin de s’en foutre.
Peu après cette entrevue, les concessions ont été consenties, quoique d’une manière pas tout à fait légale.
« Le gouvernement leur a accordé une sorte de dérogation », explique Ronald Baudin (ministre des finances d’Haïti de 2009 à 2011 et ancien directeur général du ministère), qui a supervisé les négociations avec Eurasian alors qu’il occupait cette puissante position.
« Ils sont conscients du tort qu’ils font à la compagnie… Celle-ci a plusieurs bases, plusieurs camps partout dans le pays, avec une très importante logistique. Elle dépense beaucoup d’argent. Et voilà qu’elle arrive à une étape et reste bloquée, du seul fait que la convention n’a pas encore été signée ».
Baudin, qui a quitté ses fonctions lorsque le nouveau gouvernement de Joseph Michel Martelly a été mis en place en 2011, est aujourd’hui un conseiller rétribué du partenariat Eurasian-Newmont, qui porte le nom de « Newmont Ventures ».
Toutefois, un protocole d’entente ne saurait l’emporter sur une loi. Aucune dérogation n’est possible en matière de législation.
« Il y a ce qu’on appelle la hiérarchie des lois. D’après cette hiérarchie, un protocole est plus faible qu’une loi. Un protocole ne peut pas annuler une loi. Il ne peut pas autoriser à faire quelque chose que la loi n’autorise pas », relève l’avocat des droits humains, Patrice Florvilus.
Le directeur de l’agence responsable des mines – le Bme – n’a pas signé le protocole d’entente.
« Je n’étais pas d’accord, pour la simple et bonne raison que si la loi n’autorise pas quelque chose, … vous n’avez pas le droit de le faire ! », souligne Anglade au cours d’une entrevue le 24 mai 2012.
Son bureau n’en a même pas reçu un exemplaire.
Ce refus a été, peut-être, l’une des raisons pour que l’un des premiers actes officiels, du nouveau gouvernement Lamothe, ait été de destituer Anglade.
Anglade, âgé de 62 ans, compte près de 30 années de service au Bme, qu’il a dirigé de près au cours des 20 dernières années. Il a une réputation d’honnêteté.

La loi mise sous la torture
Malgré le refus d’Anglade, le protocole d’entente a été signé par le précédent ministre des finances et celui des travaux publics vers la fin du mois de mars 2012. Ainsi, le 23 avril, Eurasian a-t-elle pu joyeusement rapporter à ses actionnaires que « le partenariat a obtenu la permission de forer pour certains projets, grâce au protocole d’entente ; et le forage se poursuit présentement ».
Eurasian et Newmont, qui n’ignorent point la législation, semblent croire qu’Anglade a signé le document. selon une correspondance avec Akj en date du 25 mai 2012.
Mais tel n’a pas été le cas.
Anglade est également en désaccord avec une convention d’exploitation minière, qui risque d’être signée sous peu, vu qu’après trois mois d’attente, Haïti a enfin un Premier ministre, Laurent Lamothe, qui s’est engagé à rendre la législation du pays plus favorable aux affaires.
Selon Anglade, la version finale – qu’il a rejetée par l’entremise d’une lettre officielle au président de l’époque, René Garcia Préval, et au ministre des finances à ce moment-là, Ronald Baudin – est beaucoup plus faible que les deux plus petites conventions minières existantes d’Haïti (pour 50 kilomètres carrés chacune), parce que les principales clauses de sauvegarde ont été supprimées.
L’article 26.5 – des conventions antérieures – plafonnait les dépenses qu’une entreprise pouvait déclarer à 60 pour cent des revenus. Il est à présent caduc, selon le directeur du Bme.
« Ce qui veut dire que la compagnie peut venir dire qu’elle a dépensé 90 dollars, qu’il ne reste plus que 10 dollars », dit Anglade.
Une deuxième clause a également été supprimée, dit-il : l’Article 26.4, qui garantissait un partage, à parts égales, des profits entre les entreprises minières et le gouvernement.
« Durant les 2 années, passées à négocier ; ma position était claire [...] », dit cet homme de 62 ans, qui, ayant passé toute sa vie dans la fonction publique, enseigne aussi les mathématiques à l’université d’État d’Haïti (Ueh).
« Ces 2 articles, le bureau des mines n’a jamais voulu les enlever [...] C’est lorsque le dossier a quitté le bureau des mines, qu’ils ont négocié et enlevé ces articles. Ce n’est point moi qui les ai enlevés. Après le bureau des mines [...], ils ont fait une réunion au ministère des finances [...] C’est le ministre lui-même qui les a ôtés, le ministre Baudin ».
Interrogé à propos de la convention, Baudin déclare qu’il ne pouvait pas entrer dans les détails.
« Ce que, moi personnellement, je puis vous dire, à présent, nous avons un texte qui a obtenu le consensus de la compagnie, du ministère des travaux publics, du bureau des mines, du ministère des Finances », reconnaît-il néanmoins.
Pas, d’après Anglade.
« Pour rien au monde, je n’enlèverais ces articles », précise-t-il.
Le ministre des travaux publics, Jacques Rousseau, est le supérieur d’Anglade. Son ministère, qui supervise le Bme, est en possession de la convention pendante.
Rousseau a refusé cinq (5) demandes d’entrevue. C’est pourquoi, l’absence des clauses de sauvegarde dans le document ne peut pas être confirmée.
Cela dit, Anglade jure que les mesures sont absentes.
Entre-temps, le protocole d’entente, illégal, a été rendu public. Et Baudin est ostensiblement à la solde de Newmont.
« Je veux que ce soit clair pour la nation : le Bme n’est pas responsable de ce qui a été fait au profit de l’entreprise jusqu’à maintenant », affirme Anglade.
Lorsque Baudin a été interrogé à propos du conflit d’intérêts potentiel, découlant du fait qu’il a occupé les fonctions de ministre des finances avant de se recycler immédiatement en consultant à la solde de Newmont, il est resté de marbre.
« Il existe d’autres pays où, lorsque quelqu’un a fini d’exercer de telles responsabilités, il y a une période de temps, au cours de laquelle il n’a pas le droit de travailler pour le privé. Mais, en la circonstance, il a une compensation. Nous autres, nous n’avons pas cela dans notre législation », accouche Baudin.
« Et aujourd’hui, au moment où je vous parle, depuis mon départ du ministère des finances, je ne reçois pas une gourde de l’État. Ensuite, je dois manger, n’est-ce pas ? Je dois m’habiller [...] » [akj apr 05/06/2012 12:00]

Aucun commentaire: