POUR VOS RECHERCHES

Google

dimanche 20 mai 2012

Haïti-Sécurité : Les supposés anciens militaires de Lamentin vident les lieux

P- au-P, 20 mai 2012 [AlterPresse] --- Les supposés anciens militaires du camp de Lamentin (Carrefour, périphérie sud de la capitale) ont abandonné l’espace qu’ils occupaient depuis près de 5 mois, sous la pression d’une opération policière ce week-end, a constaté AlterPresse. « Ils ont fui en passant par l’arrière du camp. Quand les policiers sont entrés ils n’y ont rien trouvé », rapporte un riverain à AlterPresse.
Selon les témoignages de certains habitants de la zone de Lamentin, les unités de la Police nationale d’Haïti (Pnh) ont ouvert le feu au moment où les individus en treillis militaire tentaient de regagner la base au cours de la soirée du 18 mai, après une marche à l’occasion de la fête du drapeau.
Ceux qui étaient restés à l’intérieur du camp ont du vider les lieux suite à des échanges de tirs, rapporte-t-on.
Lors des opérations du 18 mai, plus de 50 anciens militaires et autres individus, la plupart armés, ont été appréhendés et conduits au commissariat de Port-au-Prince, indiquent des sources officielles.
Ce sont environ une vingtaine de chars de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haiti (MINUSTAH) et de camionnettes de la police qui sont maintenant observés aux abords de ce camp qui semble désormais désert.
Des agents de la police sont remarqués à l’intérieur du camp qui a été jusqu’en 1995, année de dissolution de l’ancienne armée, une base militaire.
Les échanges de tirs qui ont eu lieu dans la nuit du 18 au 19 mai ont provoqué une vague de panique dans la commune de Carrefour.
La semaine dernière encore, les supposés anciens militaires qui occupaient la base de Lamentin avaient exprimé leur volonté de la garder, malgré les appels du gouvernement à déposer les armes, après une période d’apparent laisser-faire.
Les anciens militaires réclament la remobilisation de l’armée réduite dans un premier temps à 1 500 hommes, puis dissoute par le président Jean Bertrand Aristide en 1995. [srh gp apr 20/5/2012 05:15]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article12873

Aucun commentaire: