POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 23 avril 2012

La route de Carrefour paralysée, la PNH dément une grève des policiers lundi

Près d’une semaine après son assassinat, les proches de Walky Calixte continuaient dimanche soir d’indexer le Député Rodriguez Séjour pour son implication présumée dans ce drame qui n’a cessé de s’amplifier 

Publié le dimanche 22 avril 2012

La circulation automobile était complètement paralysée dimanche soir sur la route de Carrefour (banlieue sud de Port-au-Prince), théâtre depuis plusieurs jours de protestations en cascade de proches et collègues du policier assassiné Walky Calixte et qui ont alimenté d’intenses rumeurs concernant l’éventuel déclenchement d’une grève au sein de la Police Nationale que l’institution a dû démentir officiellement.
Selon des riverains joints par Radio Kiskeya, des barricades de pneus enflammés ont été érigées à hauteur d’Arcachon 32 où habitait l’agent de l’ordre, criblé de balles mardi dernier au volant de sa voiture.
Un peu plus loin, sur la route des rails, des véhicules ont été utilisés comme barrages.
Si cette situation devait persister, elle risquait de bloquer littéralement l’important trafic routier qu’assure cet axe stratégique entre l’ouest et quatre autres départements, le sud-est, le sud, les Nippes et la Grand’Anse (sud-ouest).
Régissant à des rumeurs persistantes et à la mise en circulation de tracts annonçant qu’un mot d’ordre de grève serait effectif, à partir de ce lundi, dans différentes unités de la PNH, son porte-parole adjoint, Garry Desrosiers, a apporté dimanche soir un démenti formel sur la Télévision Nationale. Il en a profité pour rappeler que les policiers n’avaient pas le droit d’observer des arrêts de travail et sont tenus de protéger et servir la population peu importe la légitimité de leurs revendications.
Les frères d’armes, la famille et les amis de Walky Calixte, un agent II de 27 ans affecté au service de la circulation, exigent la levée de l’immunité parlementaire et l’arrestation du Député Rodriguez Séjour. Il est accusé d’être le commanditaire de ce crime perpétré peu de temps après une vive altercation qu’avait provoquée l’arrestation de son chauffeur retrouvé en possession d’une arme illégale.
Le parlementaire rejette catégoriquement cette version des faits et dénonce une tentative de lynchage au moment où il participait mercredi dernier à une émission radiophonique. spp/Radio Kiskeya
http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article8763

Aucun commentaire: