POUR VOS RECHERCHES

Google

mardi 10 avril 2012

Haïti : L’heure de vérité pour le premier ministre Laurent Lamothe

10/04/2012Le rapport de la commission sur sa nationalité sera présenté ce mardi La commission spéciale chargée d’étudier le dossier du premier ministre désigné, Laurent Lamothe, présentera ce mardi 10 avril 2012 son rapport à l’assemblée des sénateurs, a t-on appris.
Dans un premier temps, cet exercice devait se faire le 3 avril dernier. Le retard pris par la commission spéciale a été la raison évoquée pour le report de cette séance. Toutefois 3 des membres de la commission n’ont pas paraphé le document déposé le 3 avril 2012. Il s’agit des sénateurs Jean William Jeanty, Francky Exius et Jean-Baptiste Bien-Aimé. Ces derniers ont notamment évoqué la non-prise en considération de leur réserve sur la nationalité et la résidence de Lamothe. Cette commission spéciale est composée entre autres de deux anciens présidents du Sénat : Rodolphe Joazile, Kelly Clédor Bastien.
Le 16 mars 2012, Lamothe avait remis un lot de 58 documents à la commission d’étude de son dossier. Ses passeports ont été étudiés par deux commissions, l’une sur la nationalité des membres de l’exécutif et l’autre chargée de l’évaluation de sa candidature comme premier ministre de la république.
Des sénateurs, dont Anacacis Jean-Hector (département de l’Ouest), ont accusé certains de ses collègues d’avoir promis leur vote à Lamothe, ministre démissionnaire des affaires étrangères et des cultes, en contrepartie de fortes sommes. Ce que Lamothe n’a pas hésité à faire car il est un « tout moun jwenn » (en français : tout le monde sort gagnant), selon les déclarations d’Anacacis sur certains médias de la capitale.
Né en 1972, Laurent Lamothe prône une diplomatie d’affaires et est considéré comme l’un des hommes forts de Martelly dont il a d’ailleurs financé la campagne électorale. Il a déjà le soutien de plusieurs membres du grand corps.
Le pays est sans gouvernement régulier depuis le 24 février, lorsque l’ancien premier ministre Garry Conille a démissionné après seulement quatre mois à la primature. Les relations tendues avec Michel Martelly, ancien chanteur de Sweet Micky devenu Président de la république, et la rébellion de son cabinet ministériel (dont faisait partie Laurent Lamothe) auraient été les raisons de son départ.
Pour être nommé premier ministre, au regard de l’article 157 de la constitution haïtienne il faut entre autres être Haïtien d’origine et n’avoir jamais renoncé à sa nationalité, être âgé de 30 ans accomplis, être propriétaire en Haïti et y résider depuis 5 années consécutives.
Une fois l’étape du Senat franchie, Lamothe devra attendre le vote de la chambre des députés avant de prononcer sa déclaration de politique générale devant le parlement en chambres séparées.
http://www.alterpresse.org/
http://www.grioo.com/ar,haiti_l_heure_de_verite_pour_le_premier_ministre_laurent_lamothe,22375.html

Aucun commentaire: