POUR VOS RECHERCHES

Google

samedi 10 mars 2012

MICHEL MARTELLY POSSEDE DES PASSEPORTS HAITIENS DONC IL N'EST NI ITALIEN NI AMERICAIN!

Deux propositions subordonnées certes. La valeur vraie de la première ne s'applique pas forcément ni automatiquememt a la deuxième. Pourtant c'est ce que l'équipe du président Michel Martelly a voulu montrer aux haïtiens, a la communauté internationale comme élément de sortie de crise..
Depuis après 1986, Haiti s'est engagée dans la voie démocratique de crises en crises. Les quinquennats se succedent sur fond de confrontation entre le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif.
Le temps de quatre mandats entrecoupés de deux interruptions, Haiti a connu 10 premiers ministres. Les periodes entre démission et nomination d'un premier ministre pour en remplacer un autre
Sont souvent plus longues que le temps d'exercice effectif du premier ministre en poste.
Difficile dans ce contexte d'évaluer en terme d'actions concrètes le travail d'un gouvernement et de son chef. C'est a se demander si ce système nous convient a notre mentalité et la facon de voir la gestion d'une nation.
L'accession au pouvoir du Président Michel Martelly a été saupoudrée jalonnées de crises dans toutes et chacune de ses phases.
On peut actuellement identifier deux situations critiques qui , pour reprendre les engagés de la cause haitienne, paralysent les efforts et les volontés de reconstruction du pays:
- le vide gouvernemental après la démission du Premier ministre Gary Conille dont la nommination et la ratification ont mis six mois a aboutir et dont l'exercice rendu opaque pour plusieurs raisons n'a duré que
Trois mois, avec un bilan inexistant.
-l'enquête ouverte par une commission sénatoriale sur la nationalité du chef d'etat dont l'instigateur, le Senateur Moise Jean Charles a juré la perte se basant sur des évidences capables de prouver que Michel Martelly possède deux nationalité étrangère: une américaine et une Italienne.
Ces deux crises pourraient évoluer de façon indépendante
Sans ces succulents condiments tombés comme une manne dans l'escarcelle des accusateurs du président dans la nécessité de ratifier un nouveau Premier ministre proposé par l'exécutif après la démission de Gary Conille. Bien entendu, la comission d'enquête qui reclamait la presentation et la soumission des documents de voyage du President qui de son coté ne reconnaissait aucune provision legale supportant une obligation de le faire, a tout simplement conditionné la ratification de Laurent Lamothe comme Premier ministre a la presentation des documents de voyage.
Je suis arrivé a Paris gare de Lyon. Sur la route du retour, je continuerai mes réflexions en m'arretant sur des elemets interessants qui semblent ne pas concernes ni les acteurs ni la presse... Donc a suivre!
joNas

Aucun commentaire: