POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 21 novembre 2011

AINSI SE REVEILLA LE MONDE CE 21 NOVEMBRE 2011

ESPAGNE. Les leçons d'une débâcle…Le résultat de l'élection espagnole est la conséquence d'un effondrement du Parti socialiste et non un virage à droite du pays.

Oui, il s’est produit dimanche en Espagne un événement sismique de première grandeur. Mais il ne faut pas se tromper sur sa nature. Ce, à quoi on a assisté, c’est à un effondrement du Parti socialiste. Pas un raz de marée du Parti populaire. Contrairement à ce que suggèrent les commentaires hâtifs ou partisans, si le parti de Mariano Rajoy recueille une majorité absolue de sièges (186 sur 350, soit 3 de plus qu’Aznar en 2000, en dépit d’un score légèrement inférieur), il n’y a pas eu de "tsunami bleu". Explication.
Depuis la fin des années 90, l’électorat du PP est remarquablement stable. En gros, il fait toujours à peu près 10 millions de voix. 9,7 millions en 1996 ; 10,3 millions en 2000 ; 9,7 millions en 2004 ; 10,3 en 2008 (chiffres arrondis). Cette fois : 10,8 millions. C’est son plus haut score depuis la transition démocratique. Mais avec "seulement" 500.000 voix de plus qu’en 2008, année où il avait perdu les élections (alors qu’en 1996, avec 9,7 millions, il les avait gagnées).
La variable d’ajustement du système, c’est le score du PSOE, qui lui connaît des variations d’une ampleur spectaculaire : 9,4 millions en 1996 ; moins de 8 millions en 2000 ; 11 millions en 2004 ; et 11,3 millions en 2008. Cette fois : moins de 7 millions. Soit 4,3 millions de voix de moins qu’en 2008. C’est-à-dire qu’il a perdu en trois ans près de 40% de son électorat (38,2% pour être précis) !
Une victoire des petits partis
C’est cet affaissement, en effet historique, du Parti socialiste, ramené à son plus bas score depuis la transition démocratique (moins de 29%), qui constitue bien l’événement majeur de ce scrutin. La question étant de savoir où son passés les déçus du zapatérisme. La réponse est dans les résultats.
Une partie de cet électorat s’est porté sur la "Gauche unie" (Izquierda unida, héritière du PC), qui gagne plus de 700 000 voix (et passe de 2 à 11 sièges), sans pour autant retrouver ses scores des années 90 (où elle pesait 10% du corps électoral). Une partie sur le parti centriste et "espagnoliste" UPyD de Rosa Diez (qui défend l’unité de l’Espagne contre les nationalismes périphériques), qui gagne 800.000 suffrages et multiplie son score par 4.
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20111121.OBS4979/espagne-les-lecons-d-une-debacle.html

Espagne: à peine élue, la droite est face à la crise et aux marchés
MADRID (AFP) - La droite, après sa victoire historique aux législatives en Espagne, va devoir convaincre de sa capacité à redresser l'économie et affrontait lundi la pression des marchés qui craignent une contagion à ce pays de la crise de la dette. La Chine, qui possède environ 12% de la dette publique espagnole, a donné le ton, disant espérer que le virage à droite en Espagne allait "doper la confiance des marchés afin que l'Union européenne mette en oeuvre les mesures nécessaires adoptées aux sommets de l'UE et du G20". Mais comme le soulignait le quotidien économique Cinco Dias "ce ne sera pas tâche facile" pour le futur chef du gouvernement Mariano Rajoy qui doit sa victoire plus à la débâcle du Parti socialiste (PSOE) sur un bilan économique désastreux qu'à sa personnalité peu charismatique. Même si le Parti populaire dispose de "tout le pouvoir" après sa victoire et s'apprête à contrôler "74,5% du budget central, des régions autonomes et des municipalités", remarque le journal.
http://www.liberation.fr/depeches/01012372789-legislatives-en-espagne-la-droite-remporte-une-majorite-absolue-historique

EGYPTE. Place Tahrir, le bilan s'alourdit
Trente-trois personnes ont été tuées dans des affrontements en Egypte, selon un nouveau bilan communiqué par la morgue, lundi 21 novembre. Des violences ont éclaté entre la police et des manifestants réclamant la fin du pouvoir militaire, à une semaine du premier scrutin législatif depuis le départ d'Hosni Moubarak. Dans la nuit de dimanche à lundi, des milliers d'Egyptiens occupaient la place Tahrir, au Caire, après avoir repoussé la police, tandis que de violents affrontements se poursuivaient dans les rues adjacentes au site emblématique, foyer de la révolte qui a chassé le président Moubarak en février. Des contestataires lançaient des pierres et des cocktails Molotov en direction des policiers, dont certains, positionnés sur le toit d'un immeuble à proximité du ministère de l'Intérieur, proche de la place Tahrir, répliquaient avec des tirs de fusils et de balles de caoutchouc…
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20111121.OBS4938/egypte-place-tahrir-le-bilan-s-alourdit.html


Menace sur la notation AAA : pour Moody's, le plan de rigueur n'a pas suffi
Mi-octobre, l'agence de notation Moody's Investors Service s'était donné trois mois pour étudier s'il y avait lieu de revoir la note AAA de la France, la meilleure possible. Lundi, l'agence a adressé une nouvelle menace, estimant que la situation économique de la France continue de se dégrader. Elle s'inquiète à la fois des taux de plus en plus élevés auxquels doit faire face le pays pour emprunter sur les marchés obligataires et de la dégradation de ses perspectives de croissance.
Ce nouvel avertissement a aussitôt plombé la Bourse de Paris, qui affichait à la mi-journée un recul supérieur à 2,5%.
«Des coûts de financement élevés et persistants pourraient accroître les difficultés que le gouvernement français rencontre, conjuguées à une perspective de croissance qui se détériore, avec des implications de crédit négatives», avertit Moody's. Ce qui signifie une potentielle baisse de la note du pays.
L'écart de taux avec l'Allemagne à un noiveau historique
«La semaine dernière, rappelle l'agence, l'écart de taux entre les titres à 10 ans français et allemands a dépassé 200 points de base (2 points de pourcentage), un record depuis la création de la zone euro». La dette française est considérée avec méfiance sur le marché obligataire, visée par les craintes de contagion de la crise de la dette en zone euro qui semble n'épargner que l'Allemagne…
http://www.leparisien.fr/crise-europe/menace-sur-la-notation-aaa-pour-moody-s-le-plan-de-rigueur-n-a-pas-suffi-21-11-2011-1731468.php

Le clan Kadhafi, exilé et décimé…Après l'arrestation de Seif el-Islam, que reste-t-il de la famille du Guide libyen ?
Un mois après la mort du chef de famille Mouammar Kaddafi, sa seconde épouse et trois de ses enfants se sont réfugiés en Algérie, un de ses fils a été arrêté en Libye tout comme son beau-frère, trois fils ont été tués dans des combats et un autre s'est exilé au Niger. On est sans nouvelle de ses deux enfants adoptifs et de sa première femme.
- Mouammar Kadhafi a eu une première femme, Fatiha al-Nuri, dont il a divorcé en 1970 après un an de mariage, alors qu'elle était enceinte de Mohamed. Institutrice, elle est aujourd'hui tombée dans l'anonymat.
- Mohamed Kadhafi, l'aîné et fils unique du premier mariage, s'est réfugié en Algérie le 29 août avec une partie de la famille du Guide libyen. A priori, il y est toujours. Âgé de 41 ans il était, avant la chute du régime, le président du Comité national olympique à Tripoli. Il a aussi dirigé l’organisme libyen des Télécommunications. Avant cela, il a rempli les fonctions de directeur de l’association méditerranéenne des échecs et a dirigé le football club de l’Al-Ahli Tripoli.
- Safia Farkash, épousée en 1970, est la seconde femme de Kadhafi, avec laquelle il aura huit autres enfants. Elle s'est réfugiée à Djanet, en Algérie, depuis le 29 août. Ce pays a affiché sa "neutralité" et a accepté de l'accueillir avec une partie de sa famille pour "raisons humanitaires".
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20111121.OBS4975/le-clan-kadhafi-exile-et-decime.html

Syrie: 4 morts au cours de perquisitions, Ankara hausse le ton
Ankara a haussé le ton lundi à l'égard de la Syrie, estimant que le président Bachar al-Assad, dont le régime est la cible depuis plus de huit mois d'une révolte sans précédent, ne pouvait continuer à rester au pouvoir avec "des chars et des canons".
Quatre Syriens ont été tués lundi matin par des tirs des forces de sécurité lors de perquisitio ns menées dans la province de Homs (centre), a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
Pour sa part, l'agence officielle Sana a fait état de la mort de "quatre terroristes, dont ont l'une des personnes les plus recherchées, Khaled al-Rajeh, surnommé Badar". Elle a également fait état du "rapt" de deux juges à Hama et d'un ambulancier et de son passager blessés par des "terroristes armés".
Par ailleurs, des bus de pèlerins turcs, qui se seraient égarés dans la nuit de dimanche à lundi près de Homs, auraient été arrêtés par des soldats syriens qui ont tiré des coups de feu contre les véhicules, selon les chaînes privées CNN-Türk et NTV.
http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20111120.AFP9236/syrie-4-morts-au-cours-de-perquisitions-la-turquie-hausse-le-ton.html

Aucun commentaire: