POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 3 octobre 2011

Martelly veut effectivement créer une nouvelle force publique

Le porte-parole de la présidence Lucien Jura confirme que le président Martelly multiplie actuellement des consultations dans la perspective de la création d'une nouvelle force publique. Intervenant à la rubrique le point de Radio Télé Métropole, Monsieur Jura a indiqué que la provenance des fonds en vue de la mise sur pied de cette force est également au centre de ces discussions.
Lucien Jura indique en outre que la question du retrait de la Minustah est fortement évoquée au niveau de la présidence ces derniers jours.
Il a tenu ses propos en réaction à une information relayée par Associeted Press selon laquelle le président de la république souhaiterait mettre sur pied une armée de 3.500 hommes.
Interrogé sur les récentes déclarations faites par le sénateur Steveen Benoit faisant croire que le président Martelly a déjà commis plusieurs dérives depuis son arrivée au Pouvoir, le porte-parole n'avait pas souhaité commenté les propos du parlementaire.
Il a tout simplement fait remarquer que la position du sénateur Benoit témoigne tout simplement de la bonne santé de la démocratie en Haïti.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19633
Commentaires:
Il est difficile de comprendre ce qui se passe en Haïti. On se heurte à des lois et des concepts élémentaires quand on veut utiliser la raison ou la logique pour donner un sens aux faits et à certaines décisions. Dans le cas de la remobilisation de l'Armée ou la consitution d'une force de sécurite natif-natale il y a des éléments contradictoires que l'on aura du mal à s'expliquer. Nous nous limitons à les citer:
- La Communauté internationale ne veut pas entendre parler de l'armée.
- 80% du budget de fonctionnement de l'Etat (paiement des fonctionnaires!) est subventionné par cette communauté internationale qui risque de ne pas donner les 95.000.000 de dollars nécessaires pour le dbut de la formation de cette force armée.
- Bill Clinton détient une bonne partie des rennes du pays à travers le CIRH qu'il coprésidera bientot avec son adjoint comme envoyé spécial des Nations Unies pour Häïti, le premier ministre désigné bientôt parachuté, Docteur Garry Conille. Bill Cliton ne s'est pas prononcé sur cette histoire de force de Sécurité.
-  Beaucoup d'haïtiens dont certains  membres du pouvoir législatif a déjà exigé le départ des soldats de l'ONU et la fin de la Minustah, le bras armée en Haïti de la Communauté internationale. Donc la proposition du président Michel Martelly pourrait recevoir l'aval d'une partie du parlement.
Donc c'est un sujet à suivre. Et nous espérons que l'on aura pas à trouver un distinctif pour identifier un corps trop proche de celui de l'actuel président. Après makout, chimè...ce sera quoi?

Aucun commentaire: