POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 10 août 2011

DIASPORA-HAITI-MOEURS...Pyram 30 ans après …

MIAMI, 29 Juillet – Depuis l'aéroport de Port-au-Prince, ils nous cassent les oreilles. Horriblement. Sauvagement. Ils, ce sont quatre jeunes hommes, dont l'un, qui parait saoul on ne peut plus, n'arrête pas de critiquer à haute voix ce pays où rien n'a été fait depuis le séisme de 2010 et qui, Dieu merci, n'est plus le sien.
On espère embarquer le plus vite que possible pour cesser d'écouter de pareilles âneries.
Mais voici que la bande des quatre nous poursuit jusque dans l'avion. Et que c'est alors qu'ils s'en donnent à cœur joie.
Pendant une heure et quarante cinq minutes, on sera soumis à ce supplice. Quatre individus déblatérant à plein tube. Racontant par le menu toutes leurs exhibitions, y compris amoureuses, pendant les ‘fêtes champêtres' (saison estivale très courue en Haïti et constituée de célébrations à la chaine de fêtes patronales, ensemble d'activités à la fois religieuses et profanes, et d'un bout à l'autre du pays).
Cependant c'est pour vomir en même temps leur dégoût d'un pays qui n'a plus rien à leur offrir … tandis que la vie est si belle au pays d'adoption. Les Etats-Unis, bien sûr. Même Little-Haiti qu'ils ne fréquentent plus, à en croire le plus excité des quatre, ne pouvant plus supporter ces maudits Haïtiens dans leur entourage.
Est-ce une blague, se demande-t-on ?
En tout cas nos quatre lascars, se prenant tout à fait au sérieux, continuent à pérorer, sans aucun égard pour les autres passagers, haïtiens ou étrangers, s'esclaffant, riant à perdre haleine de leurs propres remarques – de plus en plus bêtes, ne semblant nullement sensibles au dérangement qu'ils provoquent ni à la gêne de l'hôtesse de l'air qui n'ose rien leur dire. Tout le monde est renversé.
Les plus choqués ce sont bien sûr les autres passagers haïtiens qui ne veulent pas croire que ce genre d'énergumènes puissent exister.
Et surtout qu'on n'y peut rien ! Rien pour les ramener à la raison.
Mais cela nous fait penser, tiens, au Pyram de ‘Pèlen tèt', la pièce de Frankétienne.
Un Pyram, immigrant analphabète, qui, commençant à gagner quelques dollars en effectuant les boulots les plus ingrats, se prendrait à s'émerveiller sur son propre sort, qu'il estime le plus heureux du monde.
Comme la Perrette de la fable La laitière et le pot au lait. En un rien de temps, on se voit millionnaire. Et pourquoi pas, même ambassadeur des Etats-Unis en Haïti !
----
Disons, c'est Pyram, trente ans après! Le délire. Multiple. Haïti n'est pas sorti de ses malheurs. Bien au contraire. Conséquence: alors que le personnage de l'œuvre théâtrale haïtienne la plus populaire des années 1970 se décrivait comme un 'analphabète de bonne volonté', aujourd'hui la mauvaise volonté de sa réincarnation est évidente.
Oui, que voulez-vous, voilà que, de notre côté, nous nous surprenons à rêvasser, partir bien loin, seul moyen d'échapper au chahut incompréhensible provoqué par ces malheureux.
Malheureux parce que tout ce cinéma c'est parce qu'on est là à les écouter, ce sont leurs frustrations qu'ils nous jettent aussi joyeusement au visage, y compris dans ce comportement irrationnel et provocateur de gamin qui mériterait une bonne paire de claques, en un mot c'est tout à fait la traduction d'une sorte de 'dépit amoureux.'
Amoureux puisque leur plus beau souvenir, à les entendre, ce sont les fêtes champêtres chaque été se succédant dans tous les coins d'Haïti.
Mais c'est pas fini. On est arrivé. La queue devant les guichets de l'immigration. Devinez. Nos quatre lascars ne sont pas seulement enfin silencieux mais ils ont soudain totalement perdu la parole. Figurez-vous que l'un d'eux a voyagé en Haïti alors qu'il n'avait pas encore reçu sa carte de résident permanent et sans autorisation du service d'immigration.
Adieu veau, vache, cochon, couvée!
Pas si grave. Il ne sera pas déporté mais pour n'avoir pas respecté les règlements, trop pressé de revoir ce pays que cependant il dit exécrer, il passera au moins deux heures assis dans la salle de rétention de l'aéroport de Miami.
Marcus, Mélodie 103.3 FM
http://www.haitienmarche.com/articledelasemaine.php?completedate=2011-08-01

Aucun commentaire: