POUR VOS RECHERCHES

Google

jeudi 21 juillet 2011

Haïti-Economie : Le Plateau Central se détournerait de l’agriculture

Correspondance - Ronel Audate Hinche, 13 juillet 2011 [AlterPresse] --- Au Plateau Central on vend de tout et on produit peu, alors que les habitudes alimentaires changent et que les regards se tournent de plus en plus vers la République Dominicaine et Port-au-Prince.
« Maintenant je peux gagner ma vie honorablement et je n’ai plus besoin de me faire du souci pour ce qui concerne les saisons sèches ou pluvieuses. Et je n’ai plus besoin d’une houe ou d’une machette, maintenant tout est réglé », affirme Selondieu Odius.
Comme beaucoup d’autres paysans agriculteurs de Juanaria (section communale de Hinche), il a vendu sa portion de terre pour s’acheter une moto qu’il utilise pour faire le taxi.
A Hinche de plus en plus de personnes se détournent de l’agriculture au profit du commerce de boissons gazeuses et de matériaux de construction. Certains ont la préférence de la vente des produits alimentaires tels, entre autres, le riz, le pois, le mais moulu ou le poisson, des produits alimentaires importés des Etats-Unis et de la République Dominicaine voisine d’Haïti.
Dans certaines régions il est des gens qui ne veulent plus entendre parler des produits locaux comme l’igname, le manioc, ou la patate, alors qu’ils adorent les saucisses en provenance de l’autre côté de la frontière, les poulets, les poissons emboités, et le riz américain (diri miyami en Créole haïtien).
Des ONG internationales établies dans la région distribuent régulièrement des kits alimentaires à des centaines de familles dites nécessiteuses. Celles-ci reçoivent mensuellement des coupons leur permettant de se procurer les produits alimentaires de premières nécessités. Mais ces distributions de nourriture loin d’apporter une solution durable, affectent les paysans.
« Une marmite de maïs coûte 25 gourdes et personne ne veut en manger, on préfère le riz ou le blé distribués par des ONG. Quel choix me reste t-il ? », déplore Macelin Paul un paysan originaire de la section de Marmont (Hinche). A Maissade, la tendance observée chez les jeunes est de migrer vers la République dominicaine ou Port-au-Prince à la recherche d’un emploi.
« Si tout va bien, au retour ils ouvrent leurs petits commerces de gazeuses ou des petites banques de borlettes (lotterie) », constate le docteur Camille Joseph, cadre de l’ONG Agronome et Vétérinaire Sans Frontière (AVSF).
« Partout c’est la misère et la faim. On est en train de payer la conséquence de l’inconséquence de nos dirigeants », déplore t-il.
Le Plateau Central dont la production a été mise à mal par l’épidémie de cholera, semble frôler une grave crise alimentaire. Tout concourt à favoriser cette situation, notamment l’insécurité foncière et la politique du marché libre qui décourage le travailleur paysan.
Pour Despinos Edouard, technicien en agriculture, la commune de Hinche aurait toutes les possibilités de faire face à une éventuelle crise alimentaire. Selon lui les sections de Marmont, de Juanaria et d’Aguahedionde offrent de grandes possibilités agricoles.
La région du Plateau Central possède en outre des ressources hydriques énormes, à l’image de la commune de Maissade.
« Elle est traversée par la rivière Rio Frio, la rivière Canot et d’autres cours d’eau qui pourraient irriguer des centaines d’hectares de terre durant la saison sèche, alors que ces opportunités ne sont pas exploitées. Maïssade, qui était la principale fournisseuse de riz du Plateau Central, ne peut rien offrir aujourd’hui », explique l’agronome Lyps Maitre, spécialiste en foresterie et cadre du ministère de l’agriculture. [ro kft gp apr 21/07/2011 15:00]

Aucun commentaire: